Assemblée des délégués: les Vert'libéraux disent "non" à l'initiative de l'UDC

L'Assemblée des délégués des Vert'libéraux a recommandé à une grande majorité samedi un "non" à l'initiative UDC contre l'immigration de masse.

25 janv. 2014, 18:31
Les Verts étaient réunis en assemblée générale ce samedi à Delémont.

Les délégués des Vert'libéraux rassemblés samedi à Zurich ont recommandé le "non" à l'initiative contre l'immigration de masse à une large majorité. Leur président, le Tessinois Franco Marinotti s'est cependant montré réservé à propos de la libre circulation des personnes.

Le canton du Tessin se trouve dans une situation difficile à cause des nombreux frontaliers italiens, a remarqué Franco Marinotti, président des Vert'libéraux. Mais le thème est trop compliqué pour pouvoir simplement dire "non".

Il manquera toujours des mesures facilement applicables contre le dumping salarial. Les entreprises auraient besoin d'être stimulées pour former des jeunes. "Nous demandons aux sections des autres cantons d'être plus attentifs à cette thématique et de ne pas oublier le Tessin", a-t-il ajouté.

Quatre fois "non"

Malgré l'appel du Tessinois, les Vert'libéraux se sont montrés clairs: par 97 voix contre 1 et 2 abstentions, ils ont recommandé le "non" au texte de l'UDC, soumis en votation le 9 février. Dans leur lancée, les délégués ont aussi massivement rejeté l'initiative sur l'avortement par 89 voix contre 2 et 6 abstentions.

Le texte propose que le coût des avortements ne soit plus pris en charge par l'assurance maladie de base. L'initiative n'est rien de plus qu'une attaque contre le régime du délai, plébiscité par le peuple en 2002, a relevé le conseiller national zurichois Thomas Weibel.

Les Vert'libéraux se sont aussi penchés sur l'initiative interdisant aux pédophiles de travailler avec des enfants. Ils l'ont rejetée par 90 voix contre 5 et 7 abstentions.

Au lieu d'imposer automatiquement une interdiction professionnelle à vie, les délégués préconisent des décisions au cas par cas. Un juge devrait déterminer la durée de la mesure ainsi que l'interdiction de contact et de périmètre. Le peuple votera le 18 mai sur cette initiative.

CCT préférée

Les délégués, par 89 voix contre 4 et 3 abstentions, ont prononcé un quatrième "non", cette fois contre l'initiative de l'USS pour un salaire minimum. Elle vise à introduire un salaire de 4000 francs dans toute la Suisse. Elle sera également soumise au peuple en mai.

Ils ont estimé qu'elle nuirait au système de formation suisse, car une personne sans qualification gagnerait autant qu'une détentrice un CFC. D'après les Vert'libéraux, il faut plutôt chercher à obtenir des salaires justes via les conventions collectives de travail.