Armée suisse: les soldats devraient pouvoir être soumis à des dépistages de drogues

Les soldats manipulent quotidiennement des armes et pourtant, ils ne sont soumis ni à des alcootests, ni à des dépistages de drogues, comme c'est le cas pour les conducteurs. Une lacune qui devrait être comblée prochainement.

08 juin 2016, 10:31
Le Conseil fédéral et le Parlement se sont mis d'accord pour que des tests soient effectués sur les soldats.

Les soldats devraient soumis à des tests de dépistage des drogues. Le Conseil des Etats a demandé mercredi au Conseil fédéral, qui est d'accord, d'agir en ce sens. Le National doit encore se prononcer sur cette motion de Daniel Jositsch (PS/ZH).

Actuellement, il n'existe aucun cadre juridique permettant de tels tests, s'est inquiété le socialiste. Or la question des drogues se pose aussi à l'armée.

Alors que les automobilistes peuvent être soumis à des alcootests pour prévenir des risques sur la route, il n'existe rien de tel pour les drogues, a relevé le motionnaire. Pourtant, pendant leur service, les militaires sont équipés d'armes, les manipulent, conduisent des véhicules ou pratiquent des activités qui pourraient mettre en danger la vie d'autrui en cas de défaillance.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a salué l'objectif de prévention du texte, et assuré qu'il veillerait à une application proportionnée et pratique.