Armée: 107 pistolets et fusils d’assaut ont disparu en Suisse en 2018

Le nombre d’armes disparues de l’armée suisse a augmenté en 2018, passant de 85 à 107 fusils d’assaut et pistolets égarés. Cambriolages, déménagements ou pertes au cours d’un exercice sont évoqués parmi les causes expliquant la disparition.
08 janv. 2019, 12:31
Depuis 2009, l'armée a comptabilisé la disparition de 776 fusils d'assaut et pistolets.

107 armes appartenant aux forces militaires suisses ont disparu en Suisse l’année dernière, des chiffres en nette hausse par rapport à 2017. Parallèlement, de moins en moins d’armes sont ramenées à la maison au terme du service militaire.

En 2017, 85 fusils d’assaut et pistolets de l’armée avaient été perdus, a indiqué mardi le Département de la défense, de la protection civile et des sports (DDPS), confirmant les chiffres parus dans Blick. Et en 2016, 69 armes avaient disparu.

776 fusils et pistolets disparus depuis 2009

Au total, 776 fusils et pistolets appartenant à l’armée sont introuvables depuis 2009. Mais certains refont surface après avoir disparu des radars pendant un moment. Ainsi, l’armée en a retrouvé 36 l’année dernière. Parmi eux, trois fusils d’assaut ont été saisis à l’étranger.

Le porte-parole de l’armée Stefan Hofer indique que plusieurs raisons peuvent expliquer la disparition des armes. Certaines se volatilisent lors de cambriolages, d’autres lors des déménagements. Elles peuvent aussi être perdues pendant le service militaire.

Les pertes d’armes se chiffrent en pour mille, ajoute le porte-parole, qui précise que tout est entrepris pour retrouver pistolets et fusils d’assaut. Les militaires sont régulièrement informés de leur devoir de stocker les armes en toute sécurité, notamment via le dépliant «Prévenir la perte d’armes», disponible depuis 2017. M. Hofer rappelle que toute perte d’armes doit être immédiatement signalée au poste de police le plus proche.

À l’arsenal plutôt que chez soi

Par ailleurs, les militaires suisses semblent avoir perdu ces dernières années tout intérêt à reprendre les armes chez eux au terme de leur service. Le DDPS a enregistré, en 2017, 2513 armes (1523 fusils d’assaut et 990 pistolets) qui ont quitté les arsenaux pour être gardées chez des privés. Près de 90% des militaires n’ont donc pas ramené leur arme à la maison.