Argovie: un policier soupçonné de violation de secret acquitté en marge de l’enquête sur le quadruple assassinat de Rupperswil

Deux chefs d’accusation menaçaient un officier de la police cantonale argovienne dans l’affaire du quadruple assassinat de Rupperswil. La justice a tranché en sa faveur et l’a acquitté.

31 août 2020, 20:25
Le quadruple assassinat de Rupperswil (AG) (ici, la scène en 2015) avait choqué la Suisse.

La justice argovienne a acquitté lundi un officier de la police cantonale accusé de violation du secret de fonction. Le Ministère public lui reprochait d’avoir transmis à des proches des informations confidentielles sur l’enquête concernant le quadruple assassinat de Rupperswil (AG) en 2015.

L’accusation réclamait 270 jours-amende avec sursis et d’une amende de 5000 francs contre le policier pour violation du secret de fonction et incitation à faux témoignage.

A lire aussi : l’assassin de Rupperswil condamné à perpétuité

Elle reprochait au policier, chef de la médecine légale à la police cantonale argovienne, d’avoir donné des informations à deux personnes de son entourage familial sur la manière dont les victimes avaient été tuées.

Concernant le faux témoignage, l’accusation estimait que le prévenu avait tenté de persuader un tiers de témoigner en sa faveur au cas où ce dernier serait interrogé à son sujet par la police ou le Ministère public.

Le Tribunal de district de Baden (AG) a toutefois suivi la défense en acquittant l’officier de police, âgé de 64 ans.

A lire aussi : l’assassin de Rupperswil était un pédophile

Le quadruple assassinat de Rupperswil (AG) a secoué la Suisse le 21 décembre 2015. L’assassin âgé de 32 ans au moment des faits a égorgé une mère de famille de 48 ans, ses deux fils de 19 et 13 ans et la petite amie de l’aîné, âgée de 21 ans, à leur domicile familial après s’être introduit dans leur maison sous un faux prétexte. L’assassin a aussi abus sexuellement du garçon âgé de 13 ans. Il a ensuite mis le feu à la maison. Il a été arrêté en mai 2016 à Aarau.

Le trentenaire a été reconnu coupable d’assassinats, séquestration, prise d’otages, contrainte sexuelle, actes d’ordre sexuel avec un enfant, pornographie, extorsion de fonds, incendie intentionnel et actes préparatoires. Il a été condamné à la prison à perpétuité et à l’internement.