Réservé aux abonnés

Archives de Venise et EPFL, la rupture

L’Ecole poursuit la reconstruction de l’histoire de la cité par un autre biais.

03 janv. 2020, 00:01
DATA_ART_6438662

Les Archives d’Etat de Venise lâchent l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) pour le projet Venice Time Machine. La haute école va continuer de développer cette «machine à remonter le temps», qui vise à reconstituer numériquement l’histoire de la Cité des Doges.

Les Archives d’Etat de Venise avaient annoncé, en septembre, qu’elles suspendaient leur collaboration avec EPFL. Les relations sont «définitivement rompues», écrit l’institution italienne dans un communiqué relayé par le média en ligne Bon pour la tête.

«L’EPFL prend acte de la décision unilatérale de la nouvelle direction d...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois