Appel au Conseil fédéral pour l’accueil de réfugiés de Lesbos

La situation des réfugiés en Grèce demeure désastreuse, selon #evacuerMAINTENANT et Amnesty International. Les deux ONG appellent Berne à dialoguer avec les villes, les communes et les paroisses afin de développer des programmes d’accueil humanitaire.

29 mars 2021, 13:43
Des chaises symbolisant des réfugiés ont été installées devant le Palais fédéral ce lundi à Berne.

L’an dernier, à l’appel d’#evacuerMAINTENANT, 132 organisations et 50’000 personnes ont demandé au Conseil fédéral d’accueillir un important contingent de réfugiés des îles grecques. Depuis, des dizaines de villes, communes et paroisses ont offert leur soutien au Conseil fédéral en ce sens.

Cependant, à ce jour, ni le Conseil fédéral ni le Secrétariat d’Etat aux migrations n’ont fait usage de ces disponibilités, dénoncent ce lundi #evacuerMAINTENANT et Amnesty.

 

 

L’Alliance «Villes et municipalités pour l’accueil des réfugiés», qui comprend les huit plus grandes villes de suisse et huit autres municipalités, dont Montreux, Bienne, Fribourg, Lausanne et Genève, réitère sa volonté d’accueillir des réfugiés en provenance de Grèce. Elle demande au Conseil fédéral un geste politique clair dans cette direction.

 

 

 

Camp débordé

En septembre 2020, une série d’incendies a ravagé le centre d’accueil de Moria, sur l’île de Lesbos, laissant 12’000 personnes sans-abri, rappellent les ONG. Les autorités grecques ont mis en place un site d’urgence. Actuellement, environ 6900 personnes y vivent pour une capacité estimée de 3500 places.

Accueil insuffisant

«L’accueil de ces quelques dizaines de réfugiés est une bonne chose, mais demeure largement insuffisant», explique M.Cruchon. Le Conseil fédéral avait décidé d’admettre un contingent de 1600 réfugiés particulièrement vulnérables pour 2020/2021 dans le cadre de son programme de réinstallation. Or à ce jour, seules 330 personnes ont été admises dans le cadre de ce programme, selon Amnesty.