Alain Berset signe un accord sur les biens culturels à Pékin

Le conseiller fédéral Alain Berset a signé vendredi à Pékin un accord sur l'échange de biens culturels avec la Chine. Les deux pays veulent ainsi lutter contre le commerce illicite et améliorer l'échange et la préservation des biens culturels.

16 août 2013, 15:55
Alain Berset, mardi lors d'une conférence de presse.

Cette convention concerne les découvertes archéologiques, depuis la préhistoire jusqu'en l'an 1500, a précisé Peter Lauener, porte-parole du Département fédéral de l'intérieur (DFI). C'est le vice-ministre de la Culture et directeur de l'Autorité nationale du patrimoine Li Xiaojie qui a paraphé l'accord au nom de la Chine.

En toile de fond, il y a d'un côté les problèmes chinois relatifs au transfert illégal de biens culturels et de l'autre l'intérêt de la Suisse, en tant que plate-forme du commerce d'oeuvre d'arts, pour une certaine transparence, a déclaré M. Lauener.

Au cours d'une table ronde au niveau ministériel, un accord sur les assurances sociales a été évoqué. Il concerne les Suisses travaillant en Chine et les Chinois de Suisse qui ne s'acquittent de leurs contributions que dans leur pays d'origine. Des questions importantes ayant été résolues, rien ne semble plus faire obstacle à l'adoption du texte dans un futur proche, a précisé le porte-parole.

Nourriture et médicaments propres

Avec Yin Li, vice-ministre de L'Autorité chinoise de régulation du médicament et de l'alimentation, Alain Berset a conclu un accord sur des intérêts communs dans le domaine de la sécurité alimentaire et de la qualité des médicaments.

Le conseiller fédéral rencontrera samedi le ministre de la Santé Li Bin. Il prononcera une allocution lors de l'ouverture du China Health Forum puis se rendra à Shanghai.

Défis globaux

Au début de sa visite, M. Berset a ouvert jeudi une conférence sur les maladies infectieuses et la vaccination. Dans ce contexte, il s'est entretenu avec des experts en maladies transmissibles, notamment Joseph Sung, devenu célèbre à Hong Kong, lors de la première épidémie de SRAS, pour sa contribution à la lutte contre la maladie.

Lors du «Global Health Diplomatic Course», le conseiller fédéral s'est exprimé sur les défis globaux auxquels doit faire face le système de santé suisse. La Confédération avait convié des médecins et des responsables de Chine et d'Afrique qui sont venus en nombre assister à la conférence. Au centre des discussions figuraient les conséquences des problèmes de santé globaux comme le SRAS, le sida et le vieillissement de la population.