Agriculture: deux Suisses sur trois veulent moins de pesticides dans leur assiette et leur verre

Deux Suisses sur trois aimeraient une réduction des quantités de pesticides dans l'agriculture suisse. La moitié des sondés ne veulent accorder de subventions qu'aux cultures biologiques, et la grande majorité n'en admet pas dans l'eau potable.

01 juin 2017, 13:14
En Suisse, trop de pesticides aboutissent dans l'environnement, polluant les eaux et mettant en péril la santé de l'homme et des animaux.

 Les Suisses veulent moins de pesticides dans la nature et dans leur assiette. Un sondage montre que les deux tiers de la population attendent de la Confédération qu'elle réduise l'utilisation de ces substances dans l'agriculture helvétique.

L'enquête représentative a été réalisée par l'institut de recherche gfs Zurich à la demande des organisations BirdLife, Greenpeace, Pro Natura et WWF. Elle a porté sur un millier d'individus.

Les deux tiers des personnes interrogées (65%) se sont exprimées en faveur d'un engagement de la Confédération pour réduire l'emploi des pesticides dans l'agriculture suisse. Près de la moitié des sondés (49%) sont favorables à ce que l'octroi de subventions se limite à l'avenir à la seule agriculture biologique. Et trois interviewés sur quatre (74%) n'admettent pas de pesticides dans l'eau potable.

Plan d'action demandé

Les organisations environnementales exigent de la Confédération davantage de détermination. "Il faut enfin un plan de réduction des pesticides ambitieux, ainsi que davantage de ressources humaines et financières pour le mettre en oeuvre", ont-elles demandé jeudi.

En Suisse, trop de pesticides aboutissent dans l'environnement, polluant les eaux et mettant en péril la santé de l'homme et des animaux. Une récente étude de l'Eawag (Institut de recherche des EPF dans le domaine de l'eau) a démontré la situation préoccupante de cinq cours d'eau situés dans cinq cantons différents, dont la Tsatonire en Valais. Les analyses ont révélé la présence de 128 pesticides différents, rappellent les organisations.