Affaire Skander Vogt: le procureur ne veut pas de l'acquittement du journaliste

L'acquittement du journaliste dans l'affaire Skander Vogt n'est pas au menu du Ministère publique vaudois.

24 mai 2013, 17:10
Le Ministère public vaudois a fait appel contre l'acquittement du journaliste dans l'affaire Skander Vogt. Il est décédé dans la nuit du 10 au 11 mars 2010 dans sa cellule à Bochuz (VD) après avoir mis le feu à son matelas.

Le Ministère public vaudois a fait appel contre l'acquittement du journaliste dans l'affaire Skander Vogt. Dominique Botti avait publié des extraits de conversations entre la police et la prison qui contredisaient la version officielle.

"J'ai déclaré appel le 6 mai", a indiqué vendredi le procureur vaudois Jean Treccani interrogé par l'ats. "Je soutiens que l'article 293 reste applicable malgré le changement de code de procédure pénale entré en vigueur en 2011". L'article en question sanctionne la publication de débats officiels secrets.

"Je demande que le journaliste soit reconnu coupable mais exempté de toute peine. Il devrait prendre en charge néanmoins une partie des frais d'enquête", a déclaré le procureur.

À la mi-avril, le Tribunal de police de Lausanne avait acquitté le journaliste. L'obligation de garder le secret de l'enquête ne s'appliquait pas parce que l'intérêt public était prépondérant, avait tranché le juge.

Craintes

Pour le procureur, "c'est une question de principe". A ses yeux, l'interdiction constitue un rempart contre la publication de pièces des dossiers par tout un chacun. On ne pourra plus rien faire si un document est publié sur internet à l'étranger, observe-t-il. Jean Treccani craint également que l'on ne veuille plus produire des pièces pour la justice.

L'affaire est déjà montée jusqu'au Tribunal fédéral qui avait renvoyé le cas devant le Tribunal de police. Pour mémoire, Skander Vogt est décédé dans la nuit du 10 au 11 mars 2010 dans sa cellule à Bochuz (VD) après avoir mis le feu à son matelas. La publication des conversations avait entraîné notamment une réorganisation du Service pénitentiaire vaudois et du quartier de haute sécurité.