Accidents: 14 personnes ont perdu la vie dans le trafic ferroviaire en Suisse en 2018

En 2018, 14 personnes ont perdu la vie dans des accidents de trafic ferroviaire en Suisse. Un chiffre très bas par rapport aux années précédentes.

17 déc. 2019, 11:34
Ce bilan relativement positif est valable à la fois pour le trafic des personnes et celui des marchandises. (illustration)

Le train est toujours plus sûr, tandis que le tram et le bus présentent un risque en légère hausse pour les passagers: en 2018, 14 personnes ont perdu la vie dans le trafic ferroviaire en Suisse, un chiffre qui a rarement été aussi bas les années précédentes.

L’Office fédéral de la statistique (OFS) a recensé 70 accidents ferroviaires pour l’an dernier. Dans les années 2000, ce nombre pouvait atteindre jusqu’à 200 et même 282 en 2007, année particulièrement funeste. Entre 20 et 40 décès étaient alors enregistrés annuellement.

102 accidents de bus et tram

En 2018, en revanche, le nombre de décès s’est limité à quatorze dans le trafic ferroviaire (sans compter les suicides) malgré l’augmentation du trafic. Il faut remonter à 2011 pour avoir un meilleur résultat (13). Ce bilan relativement positif est valable à la fois pour le trafic des personnes et celui des marchandises.

La situation est tout autre dans les transports publics sur la route. Alors que le nombre d’accidents n’a cessé de diminuer au cours des dix dernières années, passant de près de 150 en 2008 à 77 en 2017, il est reparti à la hausse l’an dernier. Il y a eu 102 accidents de bus et tram, selon l’OFS.

Le nombre de décès a également augmenté: douze l’an dernier contre six à dix les années précédentes. Cette augmentation est probablement due au fait que les trams et les bus sont de plus en plus souvent en contact avec les transports privés.