5G, rayonnement et conséquences sur la santé: pas d'adaptation des valeurs limites actuelles

Le rapport du groupe de travail mis sur pied en 2018 par Doris Leuthard a présenté ce jeudi un rapport global et inédit. N'arrivant pas à se mettre d'accord, il ne formule aucune recommandation sur une modification des valeurs limites.

28 nov. 2019, 14:11
Installation d'une antenne 5G sur le toit d'un immeuble le 5 avril 2019 à Chêne-Bougeries, dans le canton de Genève.

Après une année de travail, le groupe «Téléphonie mobile et rayonnement» initié par Doris Leuthard a rendu publique ce jeudi le compte rendu de son rapport sur la téléphonie mobile et le rayonnement. Il y aborde les faits liés au thème de la téléphonie mobile, de la 5G et du rayonnement et formule, à l’intention du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), des mesures d’accompagnement en matière de gestion de la téléphonie mobile en Suisse.

Parole d’experts

Pour pouvoir garantir un réseau 5G performant, quelque 26’000 stations de téléphonie mobile supplémentaires devraient être construites en Suisse et environ 5000 installations existantes, réaménagées, peut-on lire dans le rapport. Les moyens financiers requis se monteraient, selon la branche, à environ 7,9 milliards de francs pour les investissements et à environ 2,1 milliards pour l’exploitation sur cinq ans. Avec ce scénario, le temps nécessaire à l’atteinte d’une desserte en 5G de qualité couvrant toute la Suisse est estimé à entre 20 et 30 ans. 

Ne parvenant pas à se mettre d’accord, le groupe n’émet par contre aucune recommandation quant à une éventuelle modification des valeurs limites de l’installation. Instauré l’année dernière par le DETEC et dirigé par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), le groupe de travail était composé d’un large cercle d’experts et de représentants de groupes d’intérêt.

Mesures d'accompagnement proposées

Les six mesures d'accompagnement suivantes, proposées par le groupe de travail en vue de la gestion de la téléphonie mobile, constituent un élément essentiel du rapport:

- harmonisation et simplification de l'exécution de l'ORNI de concert avec les cantons;
- développement du monitoring de l'exposition et des effets sur la santé lancé par le Conseil fédéral en avril dans le cadre de l'entrée en vigueur de la révision de l'ORNI;
- renforcement de l'information de la population dans le domaine de la téléphonie mobile et du rayonnement;
- intensification de la recherche concernant les effets potentiels de la téléphonie mobile sur la santé;
- création d'un service de consultation de médecine environnementale sur le RNI avec le soutien de la Confédération;
- poursuite des discussions menées avec les représentants de groupes d'intérêt et recherche de solutions dans le cadre de la plateforme d'échange «Téléphonie mobile du futur».