4 collaborateurs UBS sous enquête allemande

Quatre collaborateurs d'UBS soupçonnés d'avoir aidé des clients à transférer de l'argent d'Allemagne en Suisse ont été placés sous enquête judiciaire.
22 oct. 2013, 16:52
UBS a été mise en examen jeudi soir pour "démarchage illicite" dans l'enquête sur des soupçons de système destiné à convaincre de riches Français d'ouvrir des comptes non déclarés en Suisse au début des années 2000.

Le parquet de Mannheim, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a élargi son enquête sur la filiale allemande d'UBS à quatre collaborateurs soupçonnés d'avoir aidé des clients à frauder le fisc. Certains de ces collaborateurs sont des cadres, a précisé un porte-parole des autorités.

"Les collaborateurs de la banque sont soupçonnés d'avoir aidé les clients à transférer de l'argent d'Allemagne en Suisse", a dit ce porte-parole, en confirmant une nouvelle parue mardi dans les "Stuttgarter Nachrichten". Jusqu'à ce jour, les noms des personnes soupçonnées étaient demeurés inconnus.

Dans le cadre de cette enquête, des perquisitions ont eu lieu en octobre au domicile de ces quatre personnes et chez un client de la grande banque. Celui-ci aurait transféré en Suisse plusieurs millions en euros, via UBS.

UBS ne soutient pas les clients fraudeurs

Un porte-parole d'UBS à Zurich a souligné: "Nous ne soutenons aucunement les clients qui pourraient tremper dans des affaires de fraude fiscale. Ceux qui ne respectent pas les règles seront sanctionnés." Selon UBS, les enquêtes menées en interne n'ont mis en lumière aucune irrégularité de la part d'UBS Allemagne.

La justice allemande mentionne une douzaine de clients soupçonnés de fraude. "Nous en découvrirons probablement encore", a confié le porte-parole des autorités allemandes. Pour l'instant, la date d'une éventuelle mise en accusation n'a pas été évoquée. Le siège de la filiale allemande d'UBS avait fait l'objet des premières perquisitions en mai 2012.

Comparution d'un ancien d'UBS

Par ailleurs, l'ancien chef de la gestion de fortune d'UBS, Raoul Weil, arrêté en fin de semaine dernière par la police italienne à Bologne, a comparu mardi pour la première fois devant un tribunal. La justice américaine l'accuse d'avoir organisé une fraude fiscale de 20 milliards de dollars et réclame son extradition.

L'audience judiciaire est la première étape d'une possible extradition du Suisse de 53 ans vers les Etats-Unis. Le banquier est actuellement le directeur général de la société zurichoise de gestion de fortune Reuss Private Group.