24 réfugiés syriens accueillis en Suisse, dans le canton d'Uri

24 nouveaux réfugiés syriens ont été accueillis en Suisse mardi. Un deuxième groupe qui s'ajoute au premier contingent de 30 personnes arrivées en novembre. En 3 ans, la Suisse a décidé d'héberger 500 Syriens fuyant le conflit.
15 avr. 2014, 15:19
Des millions de Syriens ont fui les combats. Ceux-ci cherchent à rejoindre l'Irak. La Suisse a décidé d'en accueillir 500 en trois ans.

Vingt-quatre nouveaux réfugiés syriens bénéficient désormais du projet de contingent global décidé en septembre par le Conseil fédéral. Ce deuxième groupe vient s'ajouter aux 30 premières personnes arrivées en novembre. Les sept familles, comptant sept femmes et neuf enfants, seront accueillies dans le canton d'Uri.

D'origine palestinienne, ces 24 personnes avaient fui entre 2005 et 2010 le conflit armé en Irak pour se réfugier en Syrie. Suite à l'éclatement de la guerre civile dans ce dernier pays, elles ont été prises entre les feux des forces gouvernementales et des rebelles.

Le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) leur a reconnu le statut de réfugiés et a demandé à la Suisse de bien vouloir les accueillir. Les sept familles sont arrivées mardi en Suisse, a annoncé l'Office fédéral des migrations.

En septembre, le Conseil fédéral a décidé d'accueillir ces trois prochaines années un contingent de 500 réfugiés "particulièrement vulnérables". Ces personnes ne viendront pas forcément de Syrie et de ses environs. D'autres régions fortement touchées par les exodes de population, comme l'Est de la République démocratique du Congo ou le Pakistan, peuvent aussi entrer en ligne de compte.

Le projet pilote du gouvernement s'adresse à des gens qui ne peuvent quitter une zone de conflit ou ne sont pas en sécurité dans les pays voisins. Il s'agit surtout de femmes et d'enfants mais aussi de personnes handicapées. Ces migrants se verront accorder l'asile en Suisse, une fois leur statut de réfugié reconnu par le HCR.

Ils jouiront d'un programme de deux ans, défini par l'ODM et les cantons intéressés, pour faciliter leur intégration dans le marché du travail. Ce programme comprend des cours de langues, un bilan de compétences, des formations adaptées et un suivi individuel. Les coûts pour les 500 réfugiés s'élèvent à environ douze millions de francs.