Réservé aux abonnés

Une défense qui a du chien

Après deux matches, l'équipe de Suisse est la seule formation du tournoi à ne pas avoir encaissé de but. On (re)découvre notamment le Tessinois Jonathan Rossini.

16 juin 2011, 05:02

Avec deux buts adverses refusés pour hors-jeu, les parades extraterrestres de Yann Sommer contre le Danemark, et le sauvetage de Fabian Frei sur la ligne face à l'Islande, la défense suisse n'a pas été boudée par la réussite depuis le début du tournoi.

Reste que l'équipe de Pierluigi Tami est jusque-là la seule formation à avoir gardé sa cage inviolée. Le sélectionneur prône une défense à onze, et une attaque à onze. Son discours a été parfaitement assimilé. Discipline tactique, organisation, placement: le bloc helvétique n'est pas simple à bouger. Tant l'Islande et le Danemark ont dû se résou...