Réservé aux abonnés

Vite fait, bien fait

Facile vainqueur de Melzer en 8e de finale, le Bâlois n'est jamais aussi dangereux que pendant la deuxième semaine d'un grand chelem. Berdych est prévenu.
02 août 2015, 19:22

LONDRES

Interrogé samedi sur l'éventualité d'un match-piège face à Jürgen Melzer (29 ans / ATP 16), demi-finaliste à Roland-Garros au début du mois, Roger Federer, un brin vexé, avait donné cette réponse qui lui paraissait alors évidente: «Je ne m'en fais pas, car plus mon adversaire est fort, et mieux je joue.»

Hier, le N° 2 mondial a montré qu'il était beaucoup plus confiant en son tennis que dans l'acuité de ses demandes de «challenges» électroniques. Ce n'est un secret pour personne, Federer n'a jamais apprécié l'introduction de l'«oeil de faucon». Et le moins que l'on puisse écrire, c'est q...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois