US Open: Federer ne pense qu'à son 1er tour

Roger Federer a dit "croire en ses chances" pour l'US OPen, tout en "ne pensant qu'à son 1er tour".
08 sept. 2015, 17:02
Roger Federer a repris confiance depuis son titre à Cincinnati.

Le Bâlois (34 ans) entrera en lice mardi face à l'Argentin Leonardo Mayer (ATP 33), le joueur le mieux classé à ne pas faire partie des têtes de série. "Honnêtement, je ne savais même pas qu'il n'était pas tête de série. Cela m'a surpris".

"Ce sera un match difficile", a-t-il poursuivi. "Il possède un excellent service et est capable de frapper fort des deux côtés. Le succès obtenu face à lui l'an dernier à Shanghaï fut l'un des plus chanceux de ma carrière", a rappelé Roger Federer, qui avait écarté cinq balles de match avant de s'imposer 9/7 au tie-break de la troisième manche. "Je devrai jouer de manière très athlétique, je devrai prendre le jeu à mon compte. J'espère que mon expérience et la confiance qui m'anime me permettront de faire la différence". 

Pas de pression supplémentaire

Ne craint-il pas que son pic de forme soit survenu trop tôt, lui qui reste sur un succès des plus convaincants en finale à Cincinnati face à Novak Djokovic? "Non. Il est vrai que j'avais livré un grand match face à Andy Murray en demi-finale à Wimbledon et que je n'avais pas évolué au même niveau en finale face à Novak", a-t-il convenu. "On veut toujours garder le meilleur pour la fin, mais je préfère penser que je vais poursuivre sur ma lancée de Cincinnati", glissait le quintuple vainqueur du tournoi (2004-2008).

Roger Federer ne ressent par ailleurs pas de pression ou de motivation particulière en raison du fait que sa dernière finale à Flushing Meadows remonte à 2009. "J'espérais que cette série de finales dure éternellement, mais je savais que ce n'était pas possible".

"En 2010 et en 2011, mes défaites avaient été dures à avaler (réd: il avait à chaque fois obtenu deux balles de match en demi-finale face à Novak Djokovic), et l'an dernier (réd: il avait été sorti par Marin Cilic en demi-finale) cela n'était pas passé loin non plus. Je ne ressens pas de pression supplémentaire. Je serai nerveux avant mon 1er tour, comme toujours. Mais ma préparation s'est parfaitement déroulée". 

"J'aime jouer de longs rallyes"

L'homme aux 17 titres du Grand Chelem s'est par ailleurs exprimé sur des sujets plus techniques, comme par exemple ces fameux retours-volées qui ont fait le "buzz" à Cincinnati. "Je n'ai pas beaucoup entraîné ce coup cette semaine. On verra dans quelle mesure je pourrai l'utiliser en match" à Flushing Meadows, où les conditions de jeu sont plus lentes que dans l'Ohio.

"Mais j'aime jouer de longs rallyes", poursuit-il. "J'ai souvent lu que je devais absolument chercher à raccourcir les échanges, mais ce n'est pas l'impression que j'ai. L'important, c'est que j'aime me montrer créatif sur le court".