Tennis – Fed Cup: les Etats-Unis égalisent contre la Suisse après la défaite de Timea Bacsinszky

La Suisse tient tête aux Etats-Unis en Fed Cup. Après la première journée, les deux pays sont à égalité 1-1. Viktorija Golubic a remporté le premier point contre l’Américaine Madison Keys (6-2 6-3). Timea Bacsinszky s’est inclinée contre Sloane Stephens (6-4 6-3).

21 avr. 2019, 08:53
Timea Bacsinszky a dû s'avouer vaincue face à l'Américaine Sloane Stephens.

Si Viktorija Golubic a été particulièrement performante contre Madison Keys, Timea Bacsinszky n’a pas su faire de même contre Sloane Stephens samedi. Résultat: après deux matchs, Etats-Unis et Suisse sont à 1-1.

Viktorija Golubic sait être transcendée par la Fed Cup. Elle l’a démontré à San Antonio, où elle s’est offert le scalp de Madison Keys (WTA 14) pour offrir le premier point à la Suisse face aux Etats-Unis.

 

En disposant de l’Américaine en deux manches 6-2 6-3, la 80e joueuse mondiale a montré qu’elle était capable de belles choses. Il faut dire que la Zurichoise s’est mise sur de bons rails en breakant dès le premier jeu du match.

 

Un avantage qu’elle a su conserver et renforcer pour gagner le premier set. Surtout, audacieuse, elle n’a pas baissé son niveau de jeu pour s’adjuger la rencontre. Si bien qu’elle n’a jamais perdu son service, pour voler quatre fois (au total) celui de son adversaire.

 

Bacsinszky a essayé

Une performance que Timea Bacsinszky espérait bien réaliser, elle qui devait affronter Sloane Stephens (WTA 8), malgré les 103 rangs qui les séparent au classement. La Vaudoise a bien résisté, mais n’a pu faire mieux que s’incliner en deux manches 6-4 6-3, laissant les Etats-Unis revenir à égalité.

 

Il faut dire que dans cette partie où les serveuses ont trop souvent failli, l’occasion était belle de pouvoir faire un «coup». Mais la Lausannoise a donné un peu trop de points pour résister à la puissance de son adversaire.

 

Pourtant, elle a mené dans les deux sets. 3-1 dans le premier, 2-0 dans le second. Mais elle a à chaque fois craqué, jusqu’à flancher complètement en fin de deuxième manche.

 

Reste que la Suisse fait bonne figure dans ce barrage d’accession au Groupe mondial I (bien que celui-ci soit appelé à être élargi et que cette confrontation n’a qu’un minimum d’enjeu). Personne ne lui donnait des chances et voilà qu’elle joue son va-tout. Il faudra remettre ça dès dimanche.