Tennis: après l'annonce de son contrôle positif, Sharapova est lâchées par ses sponsors

Les ennuis commencent pour Maria Sharapova. La tenniswoman russe, contrôlée positive lors d'un test antidopage à l'Open d'Australie, est lâchée par son principal sponsor, Nike. L'équipementier américain a décidé de suspendre son contrat jusqu'au terme de l'enquête. L'horloger suisse Tag Heuer en a fait de même et Porsche a suivi dans la foulée.

08 mars 2016, 09:13
/ Màj. le 08 mars 2016 à 10:22
Maria Sharapova pourrait connaître une fin de carrière abrupte.

Maria Sharapova (28 ans), qui a annoncé lundi avoir subi un contrôle antidopage positif lors de l'Open d'Australie, est déjà lâchée par ses partenaires commerciaux. Nike fut le premier à réagir, suivi de Tag Heuer et Porsche.

"Nous sommes attristés et surpris par l'information concernant Maria Sharapova", a déclaré KeJuan Wilkins, un porte-parole de l'équipementier sportif américain Nike, qui a annoncé sa décision dès lundi soir. "Nous avons décidé de suspendre notre relation avec Maria le temps de l'enquête. Nous allons continuer à surveiller de près (le développement) de la situation", a conclu M. Wilkins.

Maria Sharapova est l'une des ambassadrices les plus populaires de la marque à la virgule, pour laquelle elle apparaît dans de nombreuses campagnes publicitaires notamment à l'occasion des tournois majeurs. L'ex no 1 mondial a amassé 29 millions de dollars en gains en 2015, dont "seulement" 7 sur les courts.

 

 

Tag Heuer a pour sa part mis un terme à un contrat vieux 12 ans. L'entreprise horlogère suisse a annoncé mardi matin qu'elle rompait les négociations entre les deux parties, qui cherchaient à renouveler un accord échu à la fin 2015.

Porsche, dont Maria Sharapova est l'ambassadrice, a réagi à son tour quelques heures plus tard. "Nous avons décidé de suspendre les activités prévues jusqu'à ce que les détails de l'affaire soient connus et que nous ayons pu analyser la situation", a expliqué dans un communiqué le constructeur automobile allemand, qui est également le sponsor-titre d'un tournoi de Stuttgart dont la Russe fut la tête d'affiche lors des quatre dernières éditions (deux titres conquis, en 2012 et 2013).

L'Américaine d'adoption a pris de court le monde du sport lundi en annonçant qu'elle avait fait l'objet d'un contrôle antidopage positif résultant de la prise d'un médicament, le meldonium, apparu en janvier 2016 sur la liste des produits prohibés et au coeur de plusieurs affaires retentissantes. Elle a expliqué que ce médicament lui était prescrit depuis 2006 pour "traiter des problèmes de santé récurrents, un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans (sa) famille". La Fédération internationale (ITF) l'a suspendue à titre provisoire à partir du 12 mars en attendant le déroulement de la procédure.