Stanislas Wawrinka bat Grigor Dimitrov en trois sets

Stanislas Wawrinka (ATP 15) continue de surfer sur la vague du succès. Sacré à Oeiras dimanche, le Vaudois s'est hissé en quart de finale du Masters 1000 de Madrid. Il s'est imposé 3-6 6-4 6-1 jeudi soir face au Bulgare Grigor Dimitrov (ATP 28), «bourreau» du no 1 mondial Novak Djokovic au deuxième tour.

09 mai 2013, 23:00
Stanislas Wawrinka a souffert avant de se qualifier à Madrid.

Vainqueur d'un septième match consécutif, Stanislas Wawrinka  retrouvera vendredi en fin de soirée son «pote» Jo-Wilfried Tsonga  (ATP 8). Les 360 points ATP qu'il engrangerait en cas de victoire  auraient une saveur particulière pour le champion junior de  Roland-Garros 2003: ils lui permettraient en effet de dépasser  Roger Federer dans le classement 2013, où le Bâlois pointait au dixième rang avant ce tournoi.   

Le droitier de St-Barthélemy a une revanche à prendre sur  Jo-Wilfried Tsonga, qui l'avait éliminé au même stade de la  compétition à Monte-Carlo à la mi-avril. Il s'était alors incliné  en trois manches (2-6 6-3 6-4) face au Français, connaissant une  baisse de régime inattendu après avoir nettement dominé les débats  dans le premier set. En pleine confiance actuellement, il semble en  mesure d'éviter un troisième revers successif face au Vaudois d'adoption, qui s'était imposé en cinq manches l'an dernier à  Roland-Garros lors de leur précédent duel.  

Stanislas Wawrinka a pourtant connu un début de match difficile  jeudi face à Grigor Dimitrov, qui s'entraîne depuis quelques mois  au sein de l'académie de son nouveau coach Magnus Norman. Le  Vaudois, qui n'avait lâché que 25 points sur son service dans ses  trois matches précédents - dont 6 en finale à Oeiras face à David  Ferrer -, concédait ainsi deux breaks dans une première manche où  il ne remportait que 35 % des points disputés derrière sa première  balle.   

Le champion olympique 2008 de double frisait même la  correctionnelle dans le deuxième set, où il devait écartait une  balle de break qui avait le poids d'une balle de match à 3-3. Il  parvenait cependant à élever son niveau de jeu face à un joueur  dont le physique est toujours aussi friable, remportant neuf des  onze derniers jeux d'une partie qu'il concluait sur un jeu «blanc».