Stan Wawrinka surpris par un géant

Il est 18h50 et des brins d’herbe, l’heure du rendez-vous web. Voici ce qu’il faut déjà retenir de cette troisième journée à Wimbledon, qui est encore loin d’être terminée…
03 juil. 2019, 18:51
Entre Reilly Opelka (à gauche) et Stan Wawrinka, il y a comme une différence de taille.

De notre envoyé spécial, Pierre Salinas

Le géant du jour

Battu par plus grand que lui, Stan Wawrinka quitte Londres par la petite porte. Opposé au géant américain Reilly Opelka (ATP 63), 211 cm sous la toise et le menton des frères Dalton - peu importe lequel… - le Vaudois a mené 2 sets à 1 avant de craquer en fin de cinquième manche, saoulé de coups et de services gagnants.

Puni d’avoir été trop attentiste aussi. Défait 7-5 3-6 4-6 6-4 7-5, le Vaudois nourrit un seul regret: ne pas avoir converti l’une des trois balles de break qu’il s’est procuré au début du quatrième set. L’une d’entre elles lui reste particulièrement au travers de la gorge: «Le revers long de la ligne dans le filet. Celui-là, je sais qu’il aurait fait la différence», soupirait-il, sans être complètement abattu non plus: «C’est le tennis sur gazon. Un match peut se jouer sur deux ou trois points, on le sait.»

Stan Wawrinka se retrouve au tapis à Wimbledon. Photo: Keystone

L’autre géant du jour

Un géant tient debout, droit dans ses baskets, un autre est tombé. Comme Reilly Opelka, Ivo Karlovic (ATP 80) mesure 211 centimètres. Mais au contraire du jeune Américain, le quadragénaire croate a chuté, battu par plus fort mais beaucoup plus petit que lui. Entre l’Italien Thomas Fabbiano (ATP 89), tombeur de Stan Wawrinka l’an passé, et Ivo Karlovic, 38 cm de différence. Et la confirmation que ce n’est pas que la taille qui compte…

Ivo Karlovic n’a pas franchi le deuxième, malgré sa grande taille. Photo: Keystone

La phrase du jour

«Pour moi, ça compte plus.» Invitée à comparer son titre à Gstaad en 2016 et sa qualification pour le troisième tour de Wimbledon, Viktorija Golubic (WTA 81) n’a pas hésité: elle place sa victoire sur la Kazakhe Yulia Putintseva (WTA 39) «au-dessus de tout». Opposée à la tombeuse de la No 2 mondiale Naomi Osaka, la Zurichoise a livré un match solide, ponctué au jeu décisif du troisième set (6-4 7-6). Vendredi, Viktorija Golubic affrontera l’Ukrainienne Dayana Yastremska (WTA 35) pour une place en deuxième semaine de Wimbledon. «Un match complètement différent de celui-ci, face à une joueuse qui prend beaucoup de risques», prédit-elle. 

Viktorija Golubic semble dans la forme de sa vie à Wimbledon. Photo: Keystone

Le couple du jour

Ashley Barty et Kristina Mladenovic avaient dit non, Serena Williams a pris le temps de la réflexion avant de dire oui. A la recherche d’une partenaire de double mixte, Andy Murray a enfin trouvé chaussure à son pied. Et c’est ni plus ni moins que la joueuse la plus titrée encore activité qui épaulera le convalescent Ecossais dès ce jeudi, plus si affinités. Le couple a de la gueule. Gageons qu’il ne manquera pas d’attirer les foules.


Serena Williams a accepté l’invitation d’Andy Murray. Photo: Keystone