Les Swiss indoors font rêver Nadal sur les terres de son meilleur ennemi

Rafael Nadal compte briller aux Swiss indoors sur les terres de Roger Federer la semaine prochaine. Espérée depuis des années, la présence de l'Espagnol à Bâle autorise tous le fantasmes.

17 oct. 2014, 11:59
Rafael Nadal entend briller enfin sur les terres de son meilleur ennemi, aux Swiss Indoors de Bâle.

Il n'a encore jamais gagné un seul match à Bâle ! Battu d'entrée en 2003 par Feliciano Lopez et l'année suivante par Rainer Schüttler, Rafael Nadal entend briller enfin sur les terres de son meilleur ennemi.

Espérée depuis des années, la présence du Majoquin aux Swiss Indoors autorise tous les fantasmes pour la semaine prochaine. Qui ne rêve pas du premier duel entre Roger Federer et Rafael Nadal en Suisse ? Qui ne rêve pas des retrouvailles entre Stan Wawrinka et Rafael Nadal, lesquels n'ont plus été opposés depuis la finale de Melbourne en janvier dernier remportée par le Vaudois ? Les deux hommes les ont esquissées ce vendredi en s'entraînant pendant deux heures juste après l'arrivée de Nadal à Bâle.

Même s'il a souffert - ou s'il souffre ? - d'une appendicite, Rafael Nadal donnera ce lundi à la Halle Saint-Jacques les trois coups de l'édition 2014 d'un tournoi qui réunit six des... treize joueurs meilleurs mondiaux. Le plateau est si riche que le forfait prévisible du double tenant du titre Juan Martin del Potro est pratiquement passé inaperçu...

Pas dignes de son rang

De retour sur les courts au début du mois après avoir soigné pendant de longues semaines une blessure au poignet... droit, Rafael Nadal n'a pas obtenu des résultats dignes de son rang: un quart de finale perdu à Pékin devant la Slovaque Martin Klizan et une élimination d'entrée de jeu à Shanghaï face à Feliciano Lopez. A Bâle où il devra composer avec les conditions de l'indoor qui l'ont toujours desservi, le nonuple Champion de Roland-Garros part de très loin. Les écueils seront nombreux avant une finale de rêve contre Roger Federer qu'il n'a plus également affronté depuis l'Open d'Australie. Se hisser dans le dernier carré où l'attendra théoriquement Stan Wawrinka ou Grigor Dimitrov sera déjà une véritable "perf" pour un joueur dont le palmarès ne s'orne que d'un unique titre en indoor, cueilli à Madrid en 2005. Les... soixante-trois autres tournois qu'il a gagnés l'ont été à ciel ouvert.

Comme Rafael Nadal, Stan Wawrinka ne bombe pas le torse à l'heure d'aborder le rendez-vous rhénan. Demi-finaliste en 2006 et 2011, le Vaudois ne reste-t-il pas sur deux échecs au premier tour face à Nikolay Davydenko et Edouard Roger-Vasselin ? Et, surtout, il sort d'une tournée asiatique dont le bilan est sans appel: deux défaites en deux matches. Egalement en lice lundi, Stan Wawrinka doit absolument retrouver ce relâchement sans lequel rien n'est possible. A la veille du Masters de Londres et du rendez-vous suprême de sa carrière, la finale de la Coupe Davis à Lille contre la France, le Champion d'Australie doit se rassurer et nous rassurer.

Punch

Quintuple vainqueur du tournoi et présent lors des... huit dernières finales, Roger Federer ne soulève pas les mêmes interrogations que les deux autres têtes d'affiche. Celle que l'on se pose aujourd'hui est d'une autre nature: marche-t-il sur l'eau ? A 33 ans, il témoigne d'une condition, d'un punch et d'une confiance extraordinaires. Titré dimanche dernier à Shanghaï, il aborde la dernière ligne droite de l'année avec une double ambition: souffler la première place mondiale à Novak Djokovic et, bien sûr, gagner la Coupe Davis. Il l'aborde également avec la conviction qu'il n'a peut-être jamais été aussi fort. Sa demi-finale à Shanghaï contre Djokovic fut tout simplement l'un des plus beaux récitals de sa carrière.

Malgré les présences de Rafael Nadal et de Stan Wawrinka bien sûr, mais aussi celles de Gregor Dimitrov, d'Ernsts Gulbis et de ce diable de David Goffin, le lutin belge qui n'arrête pratiquement pas de gagner depuis cet été, on voit mal comment Roger Federer pourrait laisser échapper un sixième titre. S'il s'impose dimanche prochain, il aura placé dans son palmarès les Swiss Indoors à la même hauteur que Cincinnati et Dubaï. Les deux tournois qu'il a gagnés à sept reprises sont Wimbledon et Halle.