Réservé aux abonnés

Il leur fait un peu moins peur

L'Espagnol reste le grand favori de Roland-Garros, dès dimanche. Mais le numéro un mondial n'a pas été aussi dominateur sur terre battue. Ses adversaires décèlent des signes de fébrilité.

23 mai 2014, 00:01
data_art_2354459.jpg

RAFAEL NADAL

TENNIS

Il y a le côté pile: 18 victoires, un Masters 1000 - Madrid - de plus à son palmarès et une réputation, sur terre, qui n'est plus à faire. Mais il y a le côté face: trois défaites - du jamais vu depuis 2004 -, des revers inhabituels face à des compatriotes et un jeu moins destructeur que d'habitude. Du coup, Rafael Nadal n'est plus l'ogre de la terre, le cannibale des surfaces ocres. Il redevient presque humain, tout au moins "jouable" pour quelques-uns de ses rivaux. Certes, dans l'esprit de tous, l'Espagnol reste le grand favori de Roland-Garros. Après tout, il y a élu do...