Federer : "J'étais plus nerveux que d'habitude"

Roger Federer s'est qualifié pour le troisième tour des Internationaux de Grande-Bretagne. Il y retrouvera un certain Mischa Zverev, quelques mois après leur quart de finale à l'Open d'Australie.

07 juil. 2017, 00:17
Roger Federer en conférence de presse après sa victoire contre Dusan Lajovic au deuxième tour des Internationaux de Grande-Bretagne.

Il aura fallu un set pour que la machine Federer se mette en route aujourd'hui. Bousculé en début de match par Dusan Lajovic, Federer s'est très rapidement retrouvé mené 2-0 dans le premier set. Il a su élever son niveau de jeu pour recoller au score avant de s'octroyer le tie-break sur le score sans appel de 7-0. Le reste de la rencontre ne sera qu'une formalité, tant le Suisse a largement dominé les débats. Federer est revenu sur cette rencontre en conférence de presse. Extraits choisis. 

 

C'était un premier de set compliqué. Pouvez-vous nous expliquer ce début de match et comment vous l'avez géré ?

Oui, effectivement, j'ai souffert au début. J'étais nerveux pour diverses raisons. Mais je ne suis même pas sûr de savoir pourquoi. J'ai finalement été en mesure de recoller au score rapidement. C'était très important pour moi. À partir de ce moment, je n'ai plus jamais regardé en arrière. J'ai très rapidement breaké dans le deuxième et troisième set et j'ai su me mettre à l'abri sur ma mise en jeu. Il n'a jamais vraiment trouvé les solutions sur mon service. Évidemment, ça vous met en confiance et vous pouvez prendre plus de risque en retour.

Vous affronterez Mischa Zverev au tour prochain, contre qui vous avez fêté plusieurs victoires, notamment sur gazon. Cela doit vous donner beaucoup de confiance. Toutefois, il peut être un adversaire coriace sur cette surface avec son jeu vers l'avant. Comment vous préparez-vous pour ce genre de match ? Allez-vous vous entraîner différemment ?

En effet, les échanges seront différents contre Mischa. Je l'ai affronté à plusieurs reprises et il a à chaque fois adopté une autre tactique. En Australie, il était très agressif sur mes deuxièmes services en se positionnant proche de la ligne. Il montait à la volée sur tout ce qui était court. À Halle, au contraire, il a joué en fond de court, ce qui est inhabituel sur gazon. Donc je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre samedi. Mais il est vrai que s'agissant d'un joueur pratiquant le service-volée, ce ne sera pas la même chose qu'aujourd'hui. Je vais surtout m'entraîner demain et samedi matin avec un gaucher. Il faut s'habituder à retourner ce service lifté et slicé des gauchers. Ce sera le plus gros challenge. Sur mon service, il y aura moins de différences. 

Est-ce que la tension que vous avez ressenti en début de match était plus importante que d'habitude ? Est-ce que cela peut être lié à tout ce que vous avez investi pour ce tournoi (ayant fait l'impasse sur la saison de terre battue) ?

Je ne pense pas. J'étais plus nerveux que d'habitude, mais pas à cause de mes choix de calendrier. J'étais juste d'un coup excité et nerveux après l'échauffement. Quand je suis entré sur le court, cette sensation était toujours là. C'était encore là dans le tie-break. Pour être honnête, ce n'est pas parti facilement. Mais je n'étais pas nerveux au premier tour, donc je pense que ça ira mieux samedi.