Belinda Bencic, les démons, le miroir et l'histoire

Victorieuse de la Russe Anastasia Pavlyuchenkova en trois sets à Saint-Pétersbourg (RUS), la Saint-Galloise Belinda Bencic ne se retrouve plus qu'à une victoire d'une accession au top 10 de la WTA.

12 févr. 2016, 22:46
Même si elle a finalement dominé Anastasia Pavlyuchenkova, la Saint-Galloise Belinda Bencic doit encore apprendre à maîtriser ses nerfs.

Dans la souffrance, à l'arraché même, Belinda Bencic (WTA 11) s'est qualifiée en un peu plus de deux heures et demie pour les demi-finales du tournoi de Saint-Pétersbourg (RUS). La Saint-Galloise, tombeuse 6-7 6-4 6-2 de la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (WTA 26), n'est donc plus qu'à une victoire d'une accession au top 10.

Comme face à l'Allemande Annika Beck jeudi, la protégée de Martina Hingis a eu bien de la peine à trouver le relâchement, celui-là même dont elle avait témoigné à Melbourne. Alors Bencic a fait du Bencic, dans le mauvais sens du terme. Impatience, colère, grosses fautes, dispute avec papa alors qu'elle l'avait elle-même appelé à son chevet après la perte du premier set: tout le répertoire y est passé ! Décidément, la ressemblance avec l'adolescente parfois exaspérante que pouvait être Hingis est troublante...

Mais la Saint-Galloise, y compris dans un mauvais jour, est également capable d'expédier du fond du court des parpaings qui font mal. Et Pavlyuchenkova - qui a fait appel à la soigneuse après la première manche - en a fait les frais. De plus en plus.

Alors, tandis que l'ancienne 13e joueuse mondiale (2011) reculait, la Suissesse, elle, haussait le ton et atteignait une décontraction symbolisée par son cavalier seul dans le troisième set. "Il est important de savoir se battre dans les mauvais jours", a relevé la gagnante du jour, à qui on a demandé si elle comptait miser sur la vodka pour soigner son petit refroidissement. "La veille d'un match ? Pas sûr que ce soit une bonne idée !"

Belinda Bencic, qui doit encore apprendre à maîtriser ses nerfs (elle a mené 5-1 dans la deuxième manche...) et donc à vaincre ses démons, devra se méfier samedi face à son miroir. Daria Kasatkina, âgée tout comme elle de 18 ans, talentueuse tout comme elle, promise à un brillant avenir, tout comme elle. "On dirait un match de juniors", s'est amusée la Saint-Galloise.

Battre son miroir en chassant ses démons: tel est le défi de Belinda Bencic. A l'aube de devenir la cinquième Suissesse de l'histoire estampillée top 10 après Manuela Maleeva-Fragnière, Martina Hingis, Patty Schnyder et Timea Bacsinszky.