JO 2014: Lara Gut espère se racheter sur la descente olympique

Eliminée sur le slalom du super-combiné féminin alors qu'elle était deuxième après la descente, la Tessinoise Lara Gut espère se racheter mercredi sur la descente féminine.

11 févr. 2014, 17:11
Lara Gut parviendra-t-elle à rapporter l'or olympique de la descente à la Suisse mercredi matin? Réponse sur nos site et applications mobiles.

Trente ans après Michela Figini à Sarajevo, une nouvelle Suissesse - Tessinoise de surcroît - est-elle capable de devenir championne olympique de descente à Sotchi ? Tel est le grand défi qui s'offre mercredi (dès huit heures en live sur votre site et et vos applications)  à Lara Gut.

La skieuse de Comano reste sur une grosse déception sur le site de Rosa Khutor, elle qui a été éliminée lundi lors de la seconde manche du super-combiné alors qu'une médaille semblait dans ses cordes. Lara Gut n'est toutefois pas du genre à se morfondre. Et cela ne serait pas la première fois qu'elle arriverait à rebondir immédiatement après un échec, à transformer sa frustration en motivation supplémentaire.

Cet hiver en Coupe du monde, la Tessinoise est l'une des skieuses à s'être arrogée une part du territoire de Lindsey Vonn, reine de la descente réduite à l'inactivité en raison d'une blessure au genou. Victorieuse en ouverture de saison à Beaver Creek (EU), Lara Gut a ensuite alterné le bon et le moins bon. Ses résultats restent en effet encore largement corrélés aux conditions de course, elle qui a besoin d'une piste verglacée et d'un maximum de difficultés techniques pour s'exprimer pleinement.

A cet égard, sa prise de contact avec la piste de Rosa Khutor n'avait guère incité à l'optimisme. Distancée lors du premier entraînement, elle se plaignait d'une piste "trop plate". Reste qu'à force d'insister - elle est l'une des rares à avoir disputé les quatre entraînements - elle a fini par s'y sentir à l'aise. Et lundi, elle a achevé de rassurer son monde en descente du super-combiné, à l'issue de laquelle elle avait signé le deuxième chrono.

Fabienne Suter peut oser un coup

A l'inverse, Marianne Kaufmann-Abderhalden ne semble pas avoir trouvé la clef à Rosa Khutor. Elle a terminé très loin aux entraînements, et même chuté, avant de manquer une porte lors du super-combiné. No 3 mondiale cette saison en Coupe du monde, la St-Galloise devrait avoir du mal mercredi à être à la hauteur de ce statut.

La cote de Fabienne Suter est, elle, remontée en flèche depuis son arrivée en Russie. Alors qu'elle n'en finissait plus de traîner son spleen cet hiver, la Schwytzoise s'est refait un moral en signant à deux reprises les meilleurs temps des entraînements. Marchant plus que toute autre à la confiance, la skieuse de Sattel pourrait être la bonne surprise de ces Jeux, d'autant plus que les grandes courbes de la piste olympique correspondent parfaitement à ses capacités techniques.

Elle aussi victorieuse d'un entraînement, Dominique Gisin fait partie du cercle élargi des candidates aux médailles. Reste à savoir si l'Obwaldienne saura vaincre sa malédiction des grands rendez-vous, elle qui ne compte plus ses chutes et ses médailles ratées pour quelques centièmes aux JO ou aux Mondiaux.

Julia Mancuso en embuscade

Outre les Suissesses, elles sont nombreuses à pouvoir succéder au palmarès à Lindsey Vonn. A commencer par l'Allemande Maria Höfl-Riesch, meilleure descendeuse de l'hiver en Coupe du monde et qui ne pouvait pas mieux lancer ses Jeux, elle qui a raflé l'or lundi en super-combiné.

La Slovène Tina Maze ainsi que les Autrichiennes Anna Fenninger et Elisabeth Görgl seront aussi très dangereuses, tout comme d'ailleurs l'Américaine Julia Mancuso. Fidèle à son habitude, la Californienne a tout misé cette saison sur les JO, et pour l'instant avec succès: elle a décroché le bronze du super-combiné après avoir impressionné lors de la première manche en descente, où elle est la seule à avoir pu devancer Lara Gut.