Santé: du sport pour entretenir son cerveau, mais pas n’importe lequel

Selon des chercheurs bâlois et japonais, le sport est effectivement efficace pour entretenir son cerveau, mais pas n’importe quelle activité. Ce sont les sports de coordination, avec des séquences de mouvements complexes et des interactions avec d’autres joueurs qui favorisent le plus les performances cérébrales.

16 avr. 2020, 16:19
L'activité sportive peut améliorer les capacités cognitives sur le long terme dans toutes les classes d'âge. (illustration)

L’activité sportive peut améliorer les capacités cognitives sur le long terme dans toutes les classes d’âge. Mais il y a des différences entre les sexes, et tous les sports ne produisent pas le même effet. Des chercheurs bâlois et japonais ont fait le point.

L’équipe de Sebastian Ludyga et Uwe Pühse, de l’Université de Bâle, avec des confrères de l’université japonaise de Tsukuba, a épluché la littérature scientifique sur le sujet, soit 80 études au total.

Sports de coordination

Résultat: ce sont les sports de coordination, avec des séquences de mouvements complexes et des interactions avec d’autres joueurs qui favorisent le plus les performances cérébrales. «Les efforts de coordination semblent même plus importants que le volume total de l’activité sportive», indique Sebastian Ludyga, cité jeudi dans un communiqué de l’alma mater bâloise.

Des différences entre les sexes sont apparues avant tout dans l’intensité de l’activité plutôt que dans le type de sport pratiqué. Selon les chercheurs, les garçons et les hommes profitent davantage d’une activité sportive que les femmes, et une hausse progressive de l’intensité leur apporte des bénéfices nets au niveau cognitif sur le long terme.

Sur le long terme et à hautes doses

Les jeunes filles et les femmes en revanche devraient plutôt privilégier une activité sportive d’intensité faible à moyenne. Une hausse trop rapide de l’intensité de l’effort n’apporte pas le même effet positif sur le cerveau constaté chez les hommes, selon cette recherche.

De manière générale, augmenter le volume de l’activité sportive ne conduit pas forcément à une amélioration des capacités cognitives. C’est seulement si le sport en question est pratiqué sur le long terme et à hautes doses qu’une hausse conséquente peut être espérée.

Enfin, aucune différence n’a été constatée en fonction des différentes classes d’âge. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Human Behaviour.