Natation: Meichtry reconnaît des erreurs dans sa préparation

Dominik Meichtry fait son autocritique. Leader d'une natation helvétique décevante aux JO de Londres, le St-Gallois reconnaît qu'il a commis des erreurs dans sa préparation.

02 août 2012, 18:49
Le leader Saint-Gallois de la natation helvétique, Dominik Meichtry, a reconnu s'être mal préparé pour les JO de Londres.

Meichtry a bouclé jeudi ses Jeux avec un record de Suisse du 100 m papillon (53''40), très insuffisant toutefois pour passer le cap des séries (33e place). Il a relevé que c'est lors de ce 100 m papillon, sa moins bonne discipline, qu'il s'était senti le mieux. «Cela signifie que nous avons entamé trop tard mon affûtage», a-t-il expliqué. Autrement dit, le nageur et son coach ont trop tardé avant de réduire le volume d'entraînement, qui est passé de  50 km à 10-15 km par semaine avant les Jeux.

Autre «anomalie» dans ses performances, il a quasiment enregistré à Londres les mêmes temps que lors des Championnats de Suisse en mars ou des Européens en mai, alors qu'il aurait logiquement dû atteindre son pic de forme aux Jeux. «Cela prouve que quelque chose n'a pas fonctionné dans ma préparation», a-t-il noté.

Le St-Gallois n'est pas le seul à avoir pâti du programme de Dave Salo, son mentor dans son club de Los Angeles. «Les chronos de mes camarades d'entraînement Kosuke Kitajima, Markus Rogan, Ricky Berens et Yuliya Efimova n'ont pas non plus été optimaux», a-t-il remarqué. Aligné sur quatre épreuves dans l'Aquatics Centre (100 m  papillon, 100, 200 et 400 m libre), le Californien d'adoption a principalement déçu sur 200 m libre, sa discipline de prédilection. Sixième à Pékin en 2008, il a dû se contenter d'un 15e rang à Londres. «C'est ma plus grosse déception depuis longtemps. Je n'ai pas réussi à être au top le jour J», a-t-il regretté.

Pas de retraite en vue

En tant que leader de la natation suisse, Meichtry a aussi reconnu qu'il n'avait pas été la locomotive espérée. «Nous n'avons pas atteint les objectifs fixés par la Fédération. Mais il aurait fallu que je me qualifie pour la finale du 200 m libre pour que notre bilan devienne positif», a-t-il relativisé. «Il ne faut pas oublier non plus que nos jeunes nageurs ont accumulé de l'expérience en vue des prochains grands rendez-vous», a-t-il ajouté.

Meichtry ne manque, lui, pas d'expérience. A 27 ans, il ne veut toutefois pas encore parler de retraite. «Ce n'est pas d'actualité. Je me sens encore jeune dans ma tête et j'ai toujours beaucoup de plaisir à nager», a-t-il assuré. Après quelques semaines de pause, le St-Gallois va se préparer pour la Coupe du monde et les Européens en petit bassin. Son prochain grand objectif sera les Mondiaux 2013 de Barcelone. «Concernant les JO 2016 à Rio, tout est encore ouvert», a-t-il conclu.