Le coaching est gagnant

Vendredi et samedi, au rallye du Suran, Sébastien Carron pourra une nouvelle fois compter sur les conseils de l’ancien pilote WRC Sébastien Chardonnet.
21 sept. 2015, 14:02
sebastien carron

«Cette fois, il ne me conseillera ni par téléphone, ni lors d’une séance d’essai. Pour ma troisième épreuve de la saison, Sébastien Chardonnet sera présent à mes côtés lors des deux jours d’épreuve. Il m’aidera notamment lors des assistances.» Pour le prochain rallye du Suran, tout comme lors des deux premières épreuves qu’il a disputées et remportées – rallyes du Chablais et du Tessin – Sébastien Carron bénéficiera d’un coaching. De luxe, cette fois, Sébastien Chardonnet étant sur place en France. Sébastien Chardonnet? Un pilote de rallye professionnel français, connu pour ses quelques apparitions en WRC. Champion du monde WRC 3 en 2013, il occupait l’année dernière la fonction de pilote officiel Citroën en WRC 2.

Cette saison, le Français dispute le championnat d’Italie au volant de la même voiture que Carron, une Ford Fiesta R5. «J’ai pris contact avec lui avant le Chablais par le biais d’une connaissance. Lors de ce premier échange, nous avons longuement discuté. Je lui ai demandé plusieurs conseils», explique Sébastien Carron. «Il m’a rappelé de quelle manière je devais rouler, ce qu’il ne fallait pas oublier et surtout ce que je devais absolument éviter. Après la compétition, nous avons établi un bilan. Il m’a dit que si je planifiais une séance d’essai lors d’un prochain rallye, il allait m’accompagner.»

«Séb 3» donne les ordres, «le Séb suisse» exécute

Aussitôt dit, aussitôt fait. Deux jours avant le rallye du Tessin qui s’est disputé en juin dernier, le Valaisan a reçu la visite de celui que l’on surnomme «Séb 3» dans l’Hexagone. Le 1 étant réservé au roi de la discipline Sébastien Loeb et le 2 à Sébastien Ogier, sacré champion du monde pour la troisième fois de suite dimanche passé. «Il s’est assis à mes côtés. Il est aussi resté au bord de la route pour se rendre compte de mon efficacité au passage», poursuit le Bas-Valaisan. «Quand un pilote professionnel aussi expérimenté que lui vous dit de réaliser telle chose plutôt qu’une autre, vous n’entrez pas en discussion et exécutez. Au final, ses précieux conseils nous ont permis de grignoter quelques dixièmes de secondes par kilomètre.»

Deux courses, deux victoires

Des dixièmes de secondes salvateurs puisque, au terme des cinquante kilomètres chronométrés, Carron prenait à nouveau le dessus sur Grégoire Hotz. Avec Sébastien Chardonnet, c’est du 100%, deux courses disputées et autant de succès récoltés. Après Séb 1, Séb 2 et Séb 3, tiendrait-on le Séb 4? «Ça ne marche que si vous êtes Français», rigole Sébastien Carron. «En fait, quand je lui envoie des messages, je signe à chaque fois «le Séb suisse» pour qu’il sache à quel Sébastien il parle», conclut-il.

par Gregory Cassaz