Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La lutte n'est pas encore au tapis

La discipline a mis une épaule au sol suite à la décision de la commission exécutive du CIO de la recaler au niveau des candidats à une place aux Jeux de 2020. Son destin olympique se jouera dans les coulisses, et du 29 au 31 mai à Saint-Pétersbourg.

14 févr. 2013, 00:01
data_art_1383380.jpg

La lutte se retrouve avec une épaule au sol depuis mardi. La commission exécutive du Comité international olympique remet en cause son appartenance au programme des Jeux. Les lutteurs se retrouvent en concurrence avec les pratiquants de sept autres disciplines en vue d'une qualification pour les jeux de 2020. Cette attaque inattendue exige une réaction immédiate. Président de la fédération internationale de lutte, Raphy Martinetti et les membres de son bureau disposent de trois mois pour sauver leur place sous la bannière aux cinq anneaux. Du 29 au 31 mai, la même commission se réunira à Saint-Pétersbourg et soumettra tous les candidats en lice à une présentation pour déterminer ceux dont elle recommandera l'admission dans le programme de 2020 lors de la session du CIO de septembre. Mise dans une mauvaise passe, la lutte tentera de se défaire de cette prise en affrontant une nouvelle fois les juges qui l'ont...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias