Kosovo: faible taux de participation aux législatives

Quatre heures avant la fermeture des bureaux de votes kosovars, seuls 23,3% des votants ont participé dimanche aux législatives anticipées. Un désintérêt qui pourrait servir le Premier ministre sortant Hashim Thaçi.

08 juin 2014, 20:41
Le Premier ministre sortant du Kosovo, Hashim Taçi, aux urnes dimanche pour les élections législatives.

"Notre État est un nouveau pays européen avec d'importantes opportunités de développement que nous allons mettre au profit du peuple", a affirmé cet ancien chef de la guérilla indépendantiste reconverti dans la politique, qui brigue un troisième mandat consécutif à la tête de l'exécutif.

"Le gouvernement n'a pas été à la hauteur de la tâche", estimait toutefois Nazmi Jashari, un retraité de 66 ans. "Nous devons le remplacer". Pour l'analyste politique Behlul Beqaj, "la victoire de Thaçi n'a jamais été aussi incertaine", mais le faible taux de participation jouera en faveur du Premier ministre sortant.

Participation cruciale des Serbes

La participation des quelque 120'000 Serbes du Kosovo à ce scrutin - en particulier les 40'000 Serbes majoritaires dans le Nord, limitrophe de la Serbie, où Pristina n'exerce pratiquement aucun contrôle - est cruciale pour le rapprochement de Pristina avec l'UE. Dix sièges sont garantis aux Serbes au sein du Parlement kosovar qui en compte 120.

En l'absence de sondages fiables, les analystes estiment que les principaux favoris du scrutin sont le Parti démocratique du Kosovo (PDK) de M. Thaçi et le principal parti d'opposition, la Ligue démocratique du Kosovo (LDK), dirigée par l'ancien maire de Pristina, Isa Mustafa, 63 ans.

Corruption et crime

La lutte contre la corruption endémique et le crime organisé seront les principaux défis à relever, quel que soit le nouvel exécutif kosovar. Au Kosovo, l'un des pays les plus pauvres d'Europe, 47% de la population vit dans la pauvreté avec environ 80 euros par mois, alors que le salaire mensuel moyen est de 350 euros.