La Suisse s'incline aux penaltys contre la Russie

L'aventure de l'équipe de Suisse au championnat du monde M20 d'Ufa (Rus) s'est arrêtée au stade des quarts de finale. La troupe de Sean Simpson a perdu aux tirs au but face à la Russie (4-3) de Nail Yakupov, premier choix du repêchage 2012 de la NHL.

02 janv. 2013, 20:23
Russia goalie Andrei Vasilevski (30) makes the final shootout stop by Switzerland forward Alessio Bertaggia (10) in a quarterfinal match at the world junior hockey championships in Ufa, Russia, Wednesday, Jan. 2, 2013. Russia defeated Switzerland 4-3. (AP Photo/The Canadian Press, Nathan Denette)

Opposée aux jeunes stars de la «Sbornaja», la Suisse a été à  deux doigts de créer un exploit qui serait rentré dans les annales  de son hockey sur glace. Loin de laisser l'initiative du jeu aux  hôtes du tournoi, Christoph Bertschy et ses coéquipiers ont réalisé  une prestation de haute volée, adressant la bagatelle de 44 tirs  (contre seulement 37 concédés) au portier Andrei Vasilevski.  

Devant une assistance toute acquise à la cause russe, la Suisse  a fait preuve de caractère, revenant par deux fois au score et  prenant même l'avantage en milieu de troisième période (2-3). Las,  Nikita Kucherov, coéquipier du futur Genevois Sven Andrighetto chez  les Huskies de Rouyn-Noranda dans la Ligue junior canadienne,  permettait aux siens de décrocher la prolongation à moins de deux  minutes du terme, et ce en dépit d'un Martin Nyffeler (GCK Lions) à  nouveau à son affaire devant les filets helvétiques.  

Les dix minutes de prolongation n'ayant pas permis aux deux  équipes de se départager en dépit de réelles occasions de chaque  côté, la décision s'est faite aux tirs au but. Si Alessio Bertaggia  a enfin marqué un penalty pour la Suisse - muette dans cet exercice  contre la Suède et la Finlande -, le fils de Sandro a manqué son  deuxième essai juste après que Kucherov, encore lui, n'eut redonné  à son équipe un avantage au final décisif.  

«C'est vraiment dur pour nos joueurs», a déclaré Sean Simpson  qui s'est néanmoins dit fier du comportement de ses protégés. De  son côté, le Bernois Christoph Bertschy a préféré relever le  caractère exceptionnel de l'événement. «C'est clairement l'un des  matches les plus stimulants qu'il m'a été donné de disputer»,  a-t-il affirmé. «Nous étions tous prêts à jouer, nous avons juste  manqué la victoire.»  

En terminant son parcours en quarts de finale, la Suisse a  rempli son objectif de maintien. Il n'empêche qu'après avoir poussé  quatre nations majeures - Suède, Finlande, République tchèque et  donc Russie - au-delà des 60 minutes, elle ne peut que regretter  son incapacité à passer l'épaule dans les moments clés. Une place  en demi-finale, où la Russie retrouvera la Suède, n'aurait pas été  usurpée pour cette séduisante sélection au maillot rouge à croix  blanche.  

La Suisse disputera un dernier match de classement, pour la 5e  place, contre la République tchèque vendredi (14h).