Polémique en Iran: des maillots de foot rétrécissent au lavage

Les maillots que porteront les joueurs de l'équipe iranienne de football lors de la Coupe du monde rétrécissent au lavage. La polémique enfle dans le pays.

13 mai 2014, 12:55
epa03968733 FIFA WORLD CUP 2014 TEAMS....Picture taken on 19 November 2013 shows Iranian national soccer team players (front row, L-R) Amir Hossein Sadeghi, Hossein Mahini, Reza Ghoochannejhad, Ashkan Dejagah, Alireza Jahanbakhsh and Masoud Shojaei; (back row, L-R) Mehrdad Beitashour, Reza Haghighi, Jalal Hosseini, goalkeeper Daniel Davari and captain Javad Nekounam posing for photographers before the 2015 Asian Cup qualifying soccer match between Lebanon and Iran in Beirut, Lebanon. Team Iran is among the 32 squads that qualified for the FIFA World Cup 2014 in Brazil.  EPA/WAEL HAMZEH *** Local Caption *** 51110226

Engluée depuis des mois dans des querelles qui perturbent sa préparation au Mondial brésilien, l'équipe d'Iran s'arrache désormais les cheveux sur un problème d'équipement: les maillots rétrécissent au lavage.

Après un mini-stage tardif en Afrique du sud avec une équipe incomplète, des négociations sur une prolongation de contrat de Queiroz qui traîne en longueur, les affres d'une Fédération minée par des problèmes d'argent, les équipements fournis aux joueurs se retrouvent au centre de vifs débats qui empoisonnent les relations entre le sélectionneur, le Portugais Carlos Queiroz, et la fédération.

Au coeur de la polémique, le maillot: pas pour le guépard, espèce indigène en voie de disparition et qui apparaît en surimpression sur le maillot, mais pour une fâcheuse tendance à rétrécir au lavage.

Pour sa quatrième participation (après 1978, 1998 et 2006) l'Iran affronte dans le groupe F deux ogres continentaux, le Nigeria et l'Argentine, et un nouveau venu, la Bosnie-Herzégovine.

Mais alors que le jour J approche et à la veille du dernier stage de préparation en Autriche, Carlos Queiroz a ouvertement critiqué l'importateur régional de l'équipementier allemand Uhlsport, fournisseur de la "Team Melli", et les responsables iraniens.

Lors des matches de qualification "cruciaux" contre le Qatar et la Corée du Sud, "l'équipement fourni n'était pas adapté pour jouer dans des conditions d'humidité extrêmes", a-t-il expliqué dimanche. "Cela aurait pu nous sortir de la Coupe du monde".

Le technicien a aussi ironisé sur des chaussures "taille 34 données à quelqu'un qui chausse du 44", ou sur "un seul survêtement donné à chaque joueur" lors des rassemblements.

Il répondait indirectement au ministre iranien des Sport, Mahmoud Goudarzi, qui avait écarté quelques heures plus tôt tout problème avec l'équipementier. "Le ministre doit être mal informé", a soufflé le Portugais.

La polémique est d'autant plus vive que les joueurs se plaignent eux aussi de la qualité du matériel. "On nous donne des chaussettes taille L. Deux jours et un lavage plus tard, c'est une taille S", a affirmé l'attaquant Karim Ansarifard.

L'autre attaquant Mohammad Reza Khalatbari, qui avait le même équipementier dans son ancien club de Sepahan, assure que les produits fournis sont différents. "Ce qu'on a maintenant, je ne sais pas ce que c'est", dit-il, estimant que "quand quelque chose ne va pas, on devrait admettre qu'il y a un problème".