Parties arrangées évoquées par un sélectionneur bolivien

L'ex-entraîneur de l'équipe des moins de 20 ans bolivienne Marco Antonio Sandy a évoqué mardi des suspicions de rencontres arrangées, au lendemain de la révélation par Europol d'un vaste scandale de trafic de matches truqués.

06 févr. 2013, 11:13
La Fédération bolivienne a assuré qu'elle était la victime et non l'initiatrice de ces prétendues malversations.

Le 17 décembre 2010 à Cordoba (Arg), l'arbitre hongrois Lengyel Kolos avait laissé 12 minutes d'arrêts de jeu, sifflant la fin du match juste après avoir attribué un penalty donnant le gain du match à l'Argentine (1-0) aux dépens de la Bolivie, en moins de 20 ans. Cette rencontre fait partie des 380 matches recensés comme arrangés par l'agence européenne.

"Chacun a trouvé extrêmement curieux de voir un temps additionnel aussi important pour un match de football. Il y a eu une réclamation officielle, on leur a dit que c'était une honte", a déclaré le Bolivien au journal "la Razon".
 
"Le lendemain (de la rencontre), des journalistes argentins m'ont appelé, en m'expliquant qu'il y avait de sérieuses possibilités que le match ait été arrangé", a-t-il poursuivi.
 
Sandy évoque également une autre partie prétendument arrangée. En novembre 2010, un tournoi des moins de 20 ans organisé en Bolivie oppose l'Argentine, le Paraguay, la Colombie, l'Uruguay et la Bolivie. Lors de la demi-finale Paraguay - Bolivie, l'arbitre avait refusé trois buts aux Paraguayens et avait accordé un penalty extrêmement litigieux aux Boliviens, qui l'avaient ainsi emporté 2-1. Ce match ne fait pas lui partie de la "liste noire" d'Europol.
 
"J'ai eu honte, on ne peut pas gagner ainsi un match de football", a déclaré Sandy dans la presse de son pays.
 
A la suite de ces déclarations, la Fédération bolivienne (FBF) a réagi par voie de communiqué, assurant qu'elle était la victime et non l'initiatrice de ces prétendues malversations.
 
En outre, la Fédération dit avoir été "la première en Amérique du Sud à dénoncer auprès de la FIFA les prétendues irrégularités lors deux parties jouées par la sélection bolivienne des moins de 20 ans", à savoir le Bolivie - Paraguay de novembre 2010 et le Bolivie - Argentine de décembre 2010.