Réservé aux abonnés

On veut y croire

Battue par la République tchèque, elle a de plus perdu Frei. Et se retrouve déjà dos au mur avant de jouer contre la Turquie, mercredi soir.

09 juin 2008, 05:01

DE BÂLE ET FEUSISBERG

Quand les passions s'estompent, la froide réalité impose ses contours figés. Un match, une défaite, zéro point donc et le meilleur buteur, le seul à vrai dire, qui marche avec des béquilles: la Suisse rêvait d'un paradis qui s'est mué en purgatoire. Et il lui faut un miracle, désormais, pour garder la foi.

Il faut voir simplement si cela est possible. Si cette Suisse qui a montré des belles choses sera capable, en moins d'une semaine, d'inverser la tendance, de nager contre ce courant de poi...