Match nul lors du choc au sommet entre Bâle et Grasshoppers

Le FC Bâle garde la main. Son quinzième match nul de la saison fut sans doute le plus délicieux pour Murat Yakin et ses joueurs.
27 avr. 2014, 20:50
1-1 au Parc Saint-Jacques cet après-midi entre Bâle et Grasshoppers. Les Rhénans préservent ainsi leurs quatre points d'avance.

Au Parc Saint-Jacques devant 34 172 spectateurs, le FC Bâle n'a pas perdu contre les Grasshoppers le match qu'il ne devait pas perdre. Ce partage des points sur ce score de 1-1, qui était déjà celui des trois premières confrontations entre les deux équipes, lui permet de conserver ses quatre points d'avance sur son rival zurichois. Six jours après sa défaite en finale de la Coupe de Suisse contre le FC Zurich, une nouvelle défaite aurait peut-être fait basculer le quadruple Champion de Suisse dans la crise.

Avec ce matelas de quatre points, le FC Bâle bénéficie d'un droit à l'erreur lors des cinq dernières journées. Invaincus désormais depuis 26 rencontres en championnat, les Rhénans ont sans doute fait le plus dur. Un cinquième titre de rang leur tend les bras.

Les Grasshoppers ont sans doute raté le coche en début de rencontre. Face à la défense de fortune des Rhénans - Frei a évolué aux côtés de Suchy -, les Zurichois n'auraient jamais dû attendre la 36e minute pour ouvrir le score par Gashi. Avant de tromper Sommer sur un centre de Pavlovic, l'international albanais avait raté le coche à la 25e lorsqu'il s'est retrouvé seul - mais sur son mauvais pied -, devant Sommer.

Les Zurichois n'ont mené que huit minutes. Les Bâlois ont, en effet, égalisé juste avant la pause sur leur seule attaque vraiment placée du match. Après une remise de Diaz, Delgado trouvait Stocker sur sa gauche pour un 1-1 de toute beauté. Le Lucernois ne laissait aucune chance à Bürki pour inscrire le but qui est sans doute celui du titre.

Ce choc au sommet a été parfaitement dirigé par Alain Bieri. A l'heure où l'arbitrage suisse suscite certaines critiques, la performance du Bernois fut remarquable. Il n'a pas commis la moindre erreur pour rappeler une vérité qui fait du bien: il y a des arbitres suisses qui peuvent résister à la pression.