Le hooliganisme oppose cantons et clubs

Les cantons perdent patience avec les clubs de football. Pour maîtriser la violence dans et autour des stades, ils veulent renforcer les mesures contre les hooligans et poser des conditions aux matchs. Ces dispositions ne plaisent pas aux supporters ni à la Swiss Football League.

02 févr. 2012, 16:04
Tout porteur d'engin pyrotechnique dans un stade de foot, contrevient à la loi sur les explosifs. Le Tribunal fédéral de Lausanne l'a confirmé ce jeudi.

Pour Thomas Gander responsable de «Fanarbeit Schweiz», l'organisation qui s'occupe de l'encadrement des supporters, les  mesures prévues par les cantons vont dans la fausse direction. Les petits délits seront mis sur le même niveau que les graves. «Cette globalisation du concept de violence est à notre avis contraire au droit», a-t-il déclaré à l'ats.

Les décisions sur les fouilles vont trop loin: «Si je dois baisser une fois mon caleçon avant d'aller voir un match, je ne  reviendrai plus jamais», assène-t-il.

La Swiss Football League (SFL) n'a quant à elle pas de problème avec les mesures dirigées contre les supporters. Mais elle rejette en revanche l'obligation d'une autorisation pour les matchs de la ligue supérieure. Selon Philippe Guggisberg, porte-parole de la SFL, le championnat est en danger.

«Si quelques jours avant un match, on pose des conditions qu'un club ne peut pas remplir,on ne va plus pouvoir gérer le championnat», estime-t-il. Pour lui, il est problématique que les conditions proportionnées ne soient pas valables uniformément pour toute la ligue.

Pour la SFL, l'obligation d'une autorisation ne devrait intervenir que là où on craint une mise en danger de la sécurité  publique. Dans ce cas aussi, les conditions devraient être fixées pour toute une saison ou pour une phase du championnat.

La réponse des cantons à ces préoccupations viendra jeudi après- midi. La conférence des directeurs des départements cantonaux de  justice et police présente lors d'une conférence de presse ses propositions définitives après la consultation qu'elle a menée auprès des milieux concernés.