La Juventus de Turin a gagné 2-1 contre le Real Madrid en demi-finale aller

Turin a dominé Madrid 2 à 1 avec deux buts signés Morata et Tevez. Match retour à Bernabeu le 13 mai.

06 mai 2015, 06:47
juventus

La Juventus n'est pas dans le dernier carré de la Ligue des champions par hasard. A Turin, elle a battu le Real Madrid 2-1 en demi-finale aller, ce qui laisse toutes les options ouvertes pour le retour du 13 mai à Madrid. La Juventus, avec un Lichtsteiner toujours aussi généreux, a marqué par Morata (9e) et Tevez (58e/penalty). Le tenant du trophée avait égalisé par Ronaldo à la 27e. Au final, le succès des Turinois est mérité, car les Madrilènes ont trop évolué sur courant alternatif durant cette partie. Ils ont aussi payé cash les performances moyennes de Bale, pas dans le rythme, et Ramos, peu à l'aise à mi-terrain.

Pris à froid par une Juventus de feu durant le premier quart d'heure, le Real a su laisser passer l'orage avant de réagir. Les Italiens ont ouvert le score grâce à Morata (9e). L'ancien joueur madrilène profitait d'un renvoi de Casillas après un essai de Tevez. Cet avantage était mérité, car les bianconeri avaient effectué une entame de match tonitruante et avaient déjà alerté deux fois le gardien espagnol par Sturaro (3e) et Morata déjà (7e). Leur pressing gênait beaucoup les merengue à la relance.

Le Real reprenait cependant assez vite ses esprits. Il s'assurait le contrôle du ballon à mi-terrain et tissait sa toile avec patience. Kroos testait les réflexes de Buffon (12e) avant que Ronaldo ne croise trop sa frappe (23e). Le bloc défensif turinois cédait peu après, contre toute attente. Lancé par Carvajal, James Rodriguez débordait côté droit avant de déposer le ballon sur la tête de Ronaldo (27e), seul au deuxième poteau.

Cette réussite - la 76e du Ballon d''Or portugais en Ligue des champions - faisait mal aux Italiens, qui montraient moins de maîtrise et manquaient plus de passes. La Juve frisait d'ailleurs le code à la 41e sur une tête de James Rodriguez repoussée par la transversale après une belle séquence de jeu du Real.

Un contre victorieux de Tevez

Le jeu devenait plus hâché à la reprise, de nombreuses petites fautes de part et d'autre cassant le rythme. Jusqu'à un contre fulgurant mené par Tevez: l'attaquant argentin traversait une moitié de terrain et obtenait puis transformait un penalty dicté pour une faute de Carvajal (58e).

Les deux entraîneurs modifiaient alors leur dispositif tactique: le Real, qui avait débuté en 4-4-2, faisait entrer Hernandez pour Isco peu après l'heure de jeu et évoluait désormais en 4-3-3. Cela incitait la Juve à faire entrer Barzagli comme troisième défenseur central et une articulation en 3-5-2 au lieu du 4-3-1-2 initial.

Les Italiens défendaient leur avance avec énergie et application, tout en lançant des contres à la moindre occasion. Les visiteurs pressaient, mais peinaient à se créer des occasions face à un bloc juventino bien en place. Llorente causait des sueurs froides aux fans du Real à deux reprises (87e/91e), mais la défense merengue s'en sortait. Un 3-1 aurait singulièrement compliqué sa tâche dans l'optique d'un billet pour la finale de Berlin...

Ce derby entre deux entraîneurs italiens a donc tenu ses promesses, surtout en première mi-temps. Massimiliano Allegri et Carlo Ancelotti avaient tous deux affirmé que leur équipe ne jouerait pas pour le 0-0. Leurs propos ont été confirmés par les faits lors d'une partie animée et plus ouverte qu'on aurait pu le craindre.

Le pénalty transformé de Teves.