Football: les divergences politiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite ne doivent pas avoir un impact sur le football

Le président de la FIFA Gianni Infantino a insisté sur l'importance que le football se distancie des divergences politiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Un appel qui fait écho au refus des Saoudiens de jouer en Iran.
01 mars 2018, 11:31
Les divergences politiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite ne doivent pas avoir de conséquences sur le football.

Les divergences politiques entre l'Iran et l'Arabie saoudite ne doivent pas avoir de conséquences sur le football. C'est en substance ce qu'a affirmé à Téhéran le président de la FIFA Gianni Infantino en évoquant le refus des Saoudiens de jouer en Iran.

"C'est très clair que la politique doit rester en dehors du football et le football en dehors de la politique", a-t-il dit à l'issue d'une rencontre avec le ministre iranien de la Jeunesse et des Sports, Massoud Soltanifar. "Il y a bien sûr des problèmes politiques entre les pays partout dans le monde, mais cela ne doit pas avoir un impact sur le football", selon lui.

L'Arabie saoudite refuse d'envoyer ses équipes de football en Iran dans le cadre de la Ligue des champions d'Asie depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en janvier 2016.

Cette rupture a été décidée par Ryad après une attaque contre l'ambassade saoudienne à Téhéran lancée par des manifestants qui protestaient contre l'exécution en Arabie saoudite d'un religieux saoudien chiite.