FIFA: Markus Kattner estime son licenciement injustifié et engage une procédure judiciaire

Markus Kattner, ancien secrétaire général par intérim de la FIFA, a engagé une procédure judiciaire devant le tribunal compétent à Zurich. Il estime que son licenciement est injustifié.
27 sept. 2016, 19:17
Markus Kattner a engagé une procédure judiciaire contre l'instance.

Markus Kattner, ancien secrétaire général par intérim de la FIFA, licencié le 23 mai, a engagé une procédure judiciaire contre l'instance. Il conteste son renvoi qu'il estime "injustifié", a-t-on appris auprès d'une source proche.

Kattner, qui fut aussi directeur financier, avait été renvoyé en raison de "manquements dans ses responsabilités financières en lien avec ses fonctions", avait alors annoncé la FIFA.

Elle avait ensuite révélé en juin que son ancien président Sepp Blatter, suspendu 6 ans, ainsi que son ancien secrétaire général, le Français Jérôme Valcke, lui aussi radié, et Kattner s'étaient partagés 80 millions de dollars, en bonus et autres compensations, entre 2011 et 2015.

"M. Kattner a engagé une procédure judiciaire devant le tribunal compétent à Zurich, car il estime son licenciement injustifié", a indiqué à l'AFP une source proche de l'ancien directeur financier.

"Depuis son licenciement en mai, M. Kattner n'a reçu de la FIFA aucun motif qui justifie un licenciement sans préavis", a ajouté cette source, précisant que les paiements que l'Allemand avait reçus étaient "conformes au code de la FIFA et approuvés par la commission de rémunération".

Kattner a saisi le tribunal des prud'hommes de Zurich, compétent pour les litiges découlant d'un contrat de travail. Selon la même source, "depuis le premier jour de la procédure, la FIFA est au courant de celle-ci".

Interrogée par l'AFP, la FIFA a cependant indiqué qu'elle n'avait "reçu aucune information" concernant une action de Kattner. Le Ministère public de la Confédération a pour sa part indiqué que la FIFA n'avait déposé "aucune plainte" à l'encontre de MM. Valcke et Kattner concernant le versement des sommes ayant conduit notamment au licenciement du second.