Fifa: Joseph Blatter entendu ce jeudi matin par les juges de la commission d'éthique

Vieux sage sur le départ ou corrompu méritant sa suspension? La Fifa a entendu Sepp Blatter ce jeudi matin sur le paiement controversé de 2 millions de francs à Michel Platini. Le Valaisan risque une suspension à vie. Il a de toutes façons annoncé qu'il rendait son mandat le 26 février prochain.

17 déc. 2015, 12:39
Le président suspendu de la FIFA Joseph Blatter reçu ce jeudi matin au siège de la FIFA pour être entendu par les juges.

Joseph Blatter, président démissionnaire et suspendu de la Fifa, s'est présenté jeudi matin devant les juges de son instance, à Zurich, pour s'expliquer notamment sur le paiement controversé de 2 million de francs à Michel Platini en 2011, qui pourrait valoir une radiation à vie aux deux hommes.

Convoqué à 09h00 pour s'expliquer devant la chambre de jugement de la commission d'éthique, il est arrivé au siège de la Fédération internationale à bord d'une Mercedes noire avec une quarantaine de minutes d'avance. Il est apparu avec un énorme pansement sous l'oeil droit, en compagnie de son avocat, son compatriote suisse Lorenz Erni, mais n'a fait aucune déclaration à la vingtaine de journalistes présents.

Blatter, réélu au printemps pour un cinquième mandat avant d'annoncer dans la foulée qu'il allait remettre son mandat lors d'un congrès électif le 26 février, est suspendu provisoirement depuis le 8 octobre et jusqu'au 5 janvier.

Il avait été suspendu de ses fonctions quelques jours après l'ouverture de procédures judiciaires en Suisse à son encontre pour ce paiement à Platini, mais aussi parce qu'il est soupçonné d'avoir signé un contrat de droits TV présumé déloyal envers la Fifa concernant les Coupes du monde 2010 et 2014.

"L'Inquisition"

Le Valaisan de 79 ans, qui a toujours clamé son innocence, a occupé le terrain ces derniers jours en multipliant les apparitions médiatiques. Il a ainsi fourbi sa défense. Dans une lettre adressée lundi "aux membres de la Fifa", Blatter avait une nouvelle fois insisté sur la légalité du paiement à Platini, qui "a été soumis au processus administratif intégral, dont le caractère correct a été confirmé par toutes les instances compétentes de la Fifa -y compris le congrès".

Il s'était également élevé contre les propos d'Andreas Bantel, porte-parole de la chambre d'instruction de la commission d'éthique, qui avait dit vendredi au journal L'Equipe: "Platini va sûrement être suspendu plusieurs années, et en ce qui concerne Blatter, il n'y a pas de différence entre une suspension de quelques années ou une suspension à vie". Bantel avait par la suite précisé que la publication de cette interview était "non autorisée".

"La manière dont la chambre d'instruction de la commission d'éthique communique au sujet de la procédure en cours, elle exige la peine maximale et renforce les préjugés du public, présente une dimension tendancieuse et dangereuse. Ce procès me rappelle l'Inquisition", s'était également plaint Blatter dans sa lettre de lundi. Dans un entretien donné plus tard à trois quotidiens européens, il avait lui-même évoqué qu'il risquait "deux ans de suspension et 160.000 francs d'amende, ou suspension à vie".