FIFA: Franz Beckenbauer mis à l'amende

La commission d'éthique a infligé une amende de 7'000 francs et un avertissement à l'ancienne star du football allemand Franz Beckenbauer pour avoir fait obstruction à une enquête interne. L'affaire porte sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022.

17 févr. 2016, 20:25
L'ancienne vedette Franz Beckenbauer avait déjà été suspendue pour 90 jours en juin 2014.

La commission d'éthique de la FIFA a infligé une amende de 7'000 francs et un avertissement à l'ancienne star du football allemand Franz Beckenbauer pour avoir fait obstruction à une enquête interne. L'affaire porte sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022.

La chambre de jugement du comité d'éthique reproche à Beckenbauer de n'avoir "pas coopéré avec une enquête du comité d'éthique conduite par son président, en dépit de demandes d'aide répétées". L'ancienne vedette avait déjà été suspendue pour 90 jours en juin 2014, à cause de sa réticence initiale à collaborer à une enquête interne menée par l'Américain Michael Garcia (qui a démissionné depuis) sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022.

Cette suspension avait été levée au bout de deux semaines, mais la commission d'éthique de la FIFA avait annoncé fin octobre avoir ouvert une procédure visant l'ancien membre du comité exécutif de la FIFA, de même que l'Espagnol Angel Maria Villar Llona, un des vice-présidents actuels de cette instance. Elle n'avait pas à l'époque précisé les motivations de cette procédure.

Le communiqué de la FIFA précise que "cette affaire ne concernait pas les sujets relatifs à l'attribution de la Coupe du Monde 2006 à l'Allemagne", procédure d'attribution qui vaut à Beckenbauer d'être visé par une procédure émanant de la Fédération allemande (DFB).

Le double Ballon d'Or (1972, 1976), âgé de 70 ans, est accusé de corruption dans ce cadre, du fait d'un versement controversé de 6,7 millions d'euros à la FIFA qui aurait pu servir à garantir l'attribution du Mondial 2006 à l'Allemagne. Accusation qui a conduit à la démission de Wolfgang Niersbach de la DFB. A propos de ce versement, le "Kaiser" a assuré être allé "à la limite" des possibilités pour obtenir la Coupe du Monde, mais sans corruption.