Euro 2021: les individualités de l’Angleterre: point faible ou point fort? La question du jour à Bernard Challandes

Sélectionneur du Kosovo, Bernard Challandes apporte son éclairage sur l’Euro 2021 en répondant à la question du jour. Une rubrique à retrouver tous les jours de la compétition.

18 juin 2021, 10:11
Sélectionneur du Kosovo, Bernard Challandes répond quotidiennement à notre question du jour durant l'Euro.

Les individualités de l’Angleterre: point faible ou point fort?

On peut effectivement se demander si l’Angleterre est une somme d’individualités ou un véritable collectif. Si on ne prend que ses joueurs, individuellement, elle a une qualité extraordinaire. Que ce soit son onze titulaire ou son banc de remplaçants.

Cela fait d’elle une favorite pour la victoire. Par contre, l’Angleterre et c’est là qu’on peut répondre à la question, pourrait effectivement faire la différence si elle est capable de travailler ensemble, de jouer en équipe et de créer un véritable collectif.

Mais on peut remarquer que son entraîneur Gareth Southgate est très sensible à cet aspect. Il a fait des choix qui vont dans ce sens. Désormais, c’est aux joueurs de rendre réponse et de prouver qu’il a eu raison.

Parce que s’il est une certitude, c’est bien que les individualités à elles seules ne suffisent pas. C’est l’une des constantes du football moderne et des grandes équipes, où les individualités se mettent au service du collectif et où les grands joueurs sont capables d’aider leur équipe dans des phases un peu moins sexy.

L’Angleterre devra faire la même chose. Sur le premier match, on l’a vu. On a notamment vu un Sterling qui n’a pas hésité à revenir défendre, qui a travaillé. Cela me fait croire que l’Angleterre a cet esprit pour travailler ensemble. Ses joueurs, qu’ils soient de City, de Chelsea et d’autres gros clubs qui sortent d’une grosse saison, ont bien compris que le succès passait par le collectif. 

A lire aussi: Euro 2021: la défense à trois de la Suisse peut-elle maîtriser la relance depuis l’arrière face au pressing italien? La question du jour à Bernard Challandes