Brésil 2014: Messi arrache la victoire contre l'Iran

Décevante dans ses intentions et son attitude, l'Argentine s'est imposée de justesse 1-0 contre un Iran valeureux, lors de son deuxième match du groupe F de la Coupe du monde 2014.
21 juin 2014, 20:01
Lionel Messi a sauvé les meubles de l'Argentine dans le match contre l'Iran.

L'Albiceleste est ainsi qualifiée pour le 2e tour, avant même sa troisième rencontre mercredi contre le Nigeria et indépendamment du résultat entre les Super Eagles et la Bosnie dans la partie de 21h00. Elle le doit, au terme d'une prestation plus que moyenne, à la patte gauche de Lionel Messi, dont la frappe enroulée à terrasser les Iraniens dans le temps additionnel (91e).

L'Argentine, qui avait pourtant retrouvé son 4-3-3 usuel après une mi-temps peu convaincante en 5-3-2 contre la Bosnie (2-1), s'est montrée d'une nonchalance telle que cela a même, parfois, frôlé l'irrespect pour l'adversaire. Convaincue que la différence allait se faire à un moment ou à un autre, à la technique, elle a persisté dans son faux rythme ronronnant.

Bien entendu, avec un peu de réussite et quelques centimètres plus à gauche ou plus à droite, la lecture de cette rencontre agréable serait très différente. Il ne s'en est en effet pas fallu de beaucoup pour que Di Maria (19e/75e), Rojo (24e), Garay (36e), Agüero (51e), Messi (60e/74e) ou Palacio (84e) ne trouvent la solution.

Réduire toutefois le résultat obtenu par les Iraniens au seul manque d'efficacité de l'Albiceleste serait par trop injuste. La Melli, comme contre le Nigeria (0-0), obéit au doigt et à l'oeil du rigoureux Carlos Queiroz et le bloc qu'elle constitue est tout sauf facile à percer.

Elle possède aussi en Ashkan Dejagah un excellent tireur de balles arrêtées, le domaine dans lequel les Iraniens ont posé le plus de problèmes aux Argentins. Le joueur de Fulham s'est ainsi fait l'auteur de la plus belle occasion de la rencontre, à la réception d'un centre du précis Montazeri, plaçant une tête qui a obligé le portier Romero à une claquette miracle pour éviter le camouflet (67e).

Romero a encore dû s'employer pour sauver les meubles à la... 86e, après une ouverture parfaite de Bakhsh pour Ghoochannejad, arrivé seul face au gardien remplaçant de Monaco.