Brésil 2014: la Belgique revient de loin mais s'impose 2 à 1 face à l'Algérie

La Belgique a joué à se faire peur à Belo Horizonte. Mais elle a fini par s'imposer 2-1 contre l'Algérie pour le premier match du groupe G de la Coupe du monde.
17 juin 2014, 19:54
Belgium's Marouane Fellaini, right, scores his side's first goal during the group H World Cup soccer match between Belgium and Algeria at the Mineirao Stadium in Belo Horizonte, Brazil, Tuesday, June 17, 2014.  (AP Photo/Hassan Ammar)

Le scénario de cette partie a furieusement ressemblé à celui de Suisse - Equateur. Le favori a raté sa première mi-temps, avant de renverser la situation grâce aux changements effectués par le sélectionneur.

Les Algériens ont pris l'avantage sur un penalty obtenu et transformé par Feghouli (25e), après une faute de Vertonghen. Les Fennecs, disposés de manière très défensive par le frileux "coach Vahid" Halilhodzic, ont longtemps résisté, avant de craquer dans les vingt dernières minutes. Les remplaçants Fellaini (70e) et Mertens (80e) permettaient aux Belges de gagner, et de lancer idéalement leur Coupe du monde, même s'ils n'ont pas justifié leur statut de gros outsider que beaucoup leur ont accordé.

Mal entrée dans son match, nerveuse et apathique, comme assommée par la chaleur, la Belgique se mettait toute seule en difficulté. Sur un long ballon transversal, Vertonghen accrochait Feghouli. Le joueur de Valence transformait imparablement le penalty (25e). Très bien en place, compacts à l'extrême, les Algériens ne laissaient aucun espace à leurs adversaires. Les Belges, dénués d'inspiration, n'inquiétaient M'Bohli que sur deux frappes lointaines de Witsel (21e/35e).

Marc Wilmots, sans doute très déçu par la production indigeste de ses joueurs, effectuait trois changements entre la 46e et la 65e! A l'instar d'Ottmar Hitzfeld, le sélectionneur belge avait la main heureuse. Fellaini, entré en jeu depuis cinq minutes, égalisait de la tête sur un très bon centre de De Bruyne (70e). Une issue méritée pour les Diables rouges, qui auraient déjà pu trouver la faille quatre minutes plus tôt quand Origi, qui avait relayé le fantôme de Lukaku, se brisait sur M'Bohli.

Puis c'est Mertens, qui jouait les Mehmedi puisqu'il était lui aussi sur le terrain depuis la 46e, qui délivrait le plat pays après un contre et enfin une passe décisive d'Hazard, pour le reste très discret.

Si le résultat a fini par sourire aux Belges, ils devront par contre revoir leur copie en ce qui concerne leur jeu. Quant aux Algériens, ils se sont montrés bien trop timorés sur le plan offensif pour pouvoir prétendre à mieux.