Réservé aux abonnés

Actions à la hausse

Malgré les débuts étincelants de Diego Benaglio dans son rôle de gardien titulaire et ceux d’Eren Derdiyok en attaque, la Suisse s’est inclinée de peu hier à Wembley.

07 févr. 2008, 08:15
De Londres

Wembley est aux footballeurs ce que Lourdes est aux catholiques: un lieu de pèlerinage. Ce match contre l’Angleterre dans ce stade mythique tombait à point nommé pour les Suisses. Ils avaient ces deux défaites d’affilée guère reluisantes enregistrées contre le Nigéria et les Etats-Unis (1-0 à chaque fois) à se faire pardonner. C’est raté. En partie du moins.

Durant les 40 premières minutes, la formation de Köbi Kuhn a séduit. A l’exception notoire de Blaise Nkufo, te...