A J-100 du début de l'Euro 2016, la sécurité est sous contrôle

A 100 jours du coup d'envoi de la compétition en France, la sécurité des rencontres et des fans zones, renforcée après les attentats de 2015, est sous contrôle. Les mesures rendues nécessaires par les attentats de 2015 ont été détaillées mercredi matin.

02 mars 2016, 15:58
/ Màj. le 02 mars 2016 à 16:00
"Notre budget de sécurité, de 34 millions d'euros, a augmenté d'environ 15% depuis novembre", a indiqué Jacques Lambert ce mercredi.

A 100 jours du coup d'envoi de l'Euro en France, la sécurité des rencontres et des fans zones, renforcée après les attentats de 2015, est sous contrôle et n'"empêche pas de dormir" le patron du tournoi, Jacques Lambert. Le président de la SAS Euro 2016 a détaillé mercredi matin, lors de la cérémonie marquant le J-100, les mesures rendues nécessaires par les attentats de janvier et novembre 2015.

"Notre budget de sécurité, de 34 millions d'euros, a augmenté d'environ 15% depuis novembre", a indiqué Jacques Lambert. "J'ai entendu qu'il avait été multiplié par 100. Ce serait criminel parce que cela voudrait dire que nous n'aurions rien fait ni prévu" avant les événements de 2015.

Or, le patron de l'Euro ne cesse de répéter depuis le 13 novembre dernier que les attentats "n'ont pas changé énormément de choses" au dossier sécurité de la compétition car "on sait depuis longtemps que le risque majeur que nous aurons à traiter est le risque terroriste."

Quelque 900 agents de sécurité privés seront déployés en moyenne sur chaque match et jusqu'à 1200 au Stade de France en raison de sa taille. Cinq matches de la première phase ont été déclarés à risque et au total, près de 10'000 personnes seront mobilisées sur l'ensemble des opérations de sécurité dévolues à l'UEFA. Enfin, un double périmètre, contre un seul habituellement, sera établi autour des stades qui seront sous contrôle dès la mi-mai. A ce dispositif, l'Etat a apporté sa contribution avec la mise à disposition d'effectifs du Raid et du GIGN près des camps des équipes.

Après une période de flottement consécutive aux attentats de novembre et sous l'impulsion d'Alain Juppé, maire de Bordeaux et président du club des villes, les villes hôtes de l'Euro ont toutes confirmé l'organisation d'une fanzone sur leur sol arguant du principe qu'il est plus facile d'y contrôler les supporters.

Les fanzones sont des périmètres que l'UEFA recommande d'installer au coeur des villes pour accueillir les supporters dans une ambiance festive: retransmission des matches sur écran géant, animations, concerts... Certaines ont vu leur emplacement d'origine modifié comme à Toulouse qui a abandonné l'idée d'installer la sienne place du Capitole pour des raisons de sécurité.

"Les mesures de sécurité qui seront déployées autour des fanzones sont en fait assez proches de celles mises en oeuvre autour des stades", a commenté Jacques Lambert, sachant que la sécurisation de ces espaces est du ressort des villes.