Dopage: pour Vladimir Poutine, si ça continue, seuls les asthmatiques pourront gagner les grandes compétitions

La suspension des athlètes russes lors des derniers Jeux olympiques et paralympiques reste encore en travers de la gorge de Vladimir Poutine. Le président russe, ironique à souhaits, à déclaré mardi que si l'on ne réglait pas le problème des autorisations de produits à des fins thérapeutiques, à l'avenir, seuls les asthmatiques et les malades chroniques pourront être de grands champions.
11 oct. 2016, 21:30
Après avoir mouché le président français François Hollande, Vladimir Poutine s'est "offert" le CIO et l'Agence mondiale antidopage.

Le président russe Vladimir Poutine a critiqué mardi le système des autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT), mis en lumière par le piratage de l'Agence mondiale antidopage (AMA) par le groupe de hackers russes Fancy Bears.

"Je voudrais dire que nous ne sommes pas opposés à la participation de tous les athlètes aux compétitions, mais il faut régler cette question d'une manière ou d'une autre", a-t-il estimé à la télévision, lors d'un forum sur le sport en Russie.

"Peut-être devrions-nous les ranger dans une catégorie spéciale, ou enregistrer leurs performances séparément, a-t-il proposé. Si les choses continuent dans ce sens, seuls les asthmatiques et les athlètes souffrant de maladies chroniques gagneront les événements sportifs majeurs", a-t-il ironisé, alors que la Russie doit encore faire face aux conséquences de la découverte de son système de dopage d'Etat.

Le groupe russe d'espionnage informatique Tsar Team (APT28), également connu sous le nom de Fancy Bears, est à l'origine du piratage de la base de données Adams, le système de gestion et de localisation de l'AMA, et de la divulgation, en plusieurs vagues en septembre, d'informations médicales confidentielles concernant plus d'une centaine d'athlètes.

Parmi eux figurent notamment les joueuses de tennis américaines Serena et Venus Williams, le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal, la gymnaste américaine multiple championne olympique Simone Biles, ou encore les cyclistes britanniques Bradley Wiggins et Christopher Froome.

Les données publiées par les Fancy Bears révèlent que ces sportifs ont bénéficié d'AUT leur permettant de prendre des médicaments inscrits sur la liste des produits interdits.