Coupe du monde: Pius Schwizer en tête, Steve Guerdat placé

Les Suisses ont excellé lors de la première épreuve de finale de la coupe du monde de saut indoor à Lyon: Pius Schwizer est en tête et Steve Guerdat placé à la 4e place.
19 avr. 2014, 09:53
Le jurassien Steve Guerdat et son cheval Nino des Buissonnets.

Pius Schwizer et Quidam du Vivier ont remporté la première des trois épreuves de la finale de la Coupe du monde. Le Lucernois n'a pas été le seul Suisse à briller à Lyon puisque Steve Guerdat, sur Nino des Buissonnets, a pris un excellent quatrième rang, évitant de commettre la même erreur que l'an passé à Göteborg.

Schwizer a réalisé un parcours de rêve pour devancer le Français Patrice Delaveau (Lacrimoso) et l'inusable Allemand Ludger Beerbaum (Chaman), qui avait remporté le titre le plus prestigieux de la saison en salle en... 1993. Lui aussi sans faute, comme quatorze des quarante concurrents, Steve Guerdat a réussi son pari: à savoir être d'emblée au contact des meilleurs à l'issue de la chasse inaugurale.

C'est que le Jurassien et Nino, deuxièmes tant en 2012 qu'en 2013, avaient manqué le coche l'année dernière en Suède, ne terminant qu'à la dix-septième place de la première épreuve avant d'entreprendre une folle remontée presque jusqu'au sommet de l'Olympe indoor. La situation est d'ores et déjà plus favorable pour le couple champion olympique, qui a parfaitement maîtrisé, sans forcer ni prendre trop de risques, un tracé fait de treize obstacles pour seize efforts.

Plusieurs autres cracks ont répondu aux attentes et ont rendu une feuille vierge, comme les Allemands Daniel Deusser (Cornet d'Amour), Christian Ahlmann (Aragon Z) et Marcus Ehning (Cornado), le Néerlandais Maikel van der Vleuten (Verdi) ou l'Irlandais Billy Twomey (Tinka's Serenade).

Samedi, le peloton des cadors s'affrontera sur un barème A au chronomètre avec barrage, également au chronomètre. La difficulté augmentera - la hauteur des obstacles atteindra jusqu'à 160 cm contre 150 cm au maximum vendredi.

En finale, les cavaliers se voient attribuer un nombre de points selon leur classement dans chacune des deux premières épreuves. Le vainqueur obtient un point de plus que le nombre de partants du vendredi (donc 41), le deuxième 39, le troisième 38, et ainsi de suite.

Le leader du classement après les deux premiers actes abordera la troisième et ultime épreuve lundi avec zéro point de pénalité. Un système de calcul détermine ensuite les pénalités de départ de tous les autres concurrents (la différence de points avec le leader multipliée par 0,5). Un format qui rend possibles les retours par l'arrière de concurrents mal classés à l'issue de la première manche.