24 heures du Mans: une troisième victoire pour Marcel Fässler

Doublé de Audi lors de la 82e édition des 24 heures du Mans. Le Suisse Marcel Fässler était dans l'équipe qui a remporté la course au volant de la R18 e-tron quattro hybride no 2. Sébastien Buemi, chez Toyota, termine au 3e rang.
15 juin 2014, 15:42
l'Audi R18 E-tron quattro de Marcel Fässler, André Lotterer et Benoît Tréluyer.

Au terme d'une course à multiples rebondissements, Audi a signé un doublé lors de la 82e édition des 24 heures du Mans. Le Suisse Marcel Fässler était l'un des pilotes de la R18 e-tron quattro hybride no 2 qui a gagné.

C'est la troisième fois que Marcel Fässler (38 ans) remporte la mythique épreuve. Il y était déjà parvenu en 2011 et 2012, toujours sur Audi et avec ses compères, l'Allemand André Lotterer et et le Français Benoît Tréluyer. Pour Audi, il s'agit d'un treizième succès au Mans, le cinquième consécutif. Seule la marque Porsche a fait mieux avec seize victoires.

L'épreuve a connu beaucoup de changements de leader. Aux deux tiers du parcours, le trio victorieux se trouvait en tête avec deux tours d'avance. Mais un problème de turbo les a momentanément retardés. L'Audi no 1, qui a pris la 2e place à trois tours, a elle aussi subi un problème similaire. Cela a empêché le Danois Tom Kristensen de signer un 10e succès dans la Sarthe. Le recordman des victoires partageait le volant avec Lucas Di Grassi (Br) et Marc Gené (Esp).

Parties avec de grandes ambitions, les Toyota ont dû se contenter du 3e rang avec le trio composé de Sébastien Buemi (S), Anthony Davidson (GB) et Nicolas Lapierre (Fr). Celui-ci est parti à la faute après moins de deux heures de course, surpris par l'apparition de la pluie. Le Français a pu ramener la Toyota dans les stands, mais le temps perdu pour la remettre en état s'est avéré fatal. A son retour en piste, la no 8 accusait onze tours de retard. Elle a pu remonter pour finir à cinq boucles des vainqueurs.

L'autre Toyota TS 040 hybride a été en tête pendant près de 14 heures et 203 tours. Mais la détentrice de la pole position a connu un problème de câbles électriques au petit matin qui a été synonyme d'abandon pour le trio Wurz/Nakajima/Sarrazin (Aut/Jap/Fr).

Pour son retour au Mans, Porsche s'est montré dans le coup. A midi, la no 20, notamment pilotée par Mark Webber, a pris le commandement. Mais l'ancien pilote australien de F1 a connu un problème hydraulique à deux heures de l'arrivée, qui a signifié son abandon.

L'ancien champion du monde de football, Fabien Barthez a bien passé le drapeau à damiers au volant de sa Ferrari 458 no 58, terminant à la 27e place pour sa première participation. Cette 82e édition a été marquée par son succès populaire avec 263'300 spectateurs selon les organisateurs, soit plus de 13'000 de mieux qu'en 2013.