Un enfant sur cinq n'est pas vacciné dans le monde

Près d'un enfant sur cinq n'est pas vacciné dans le monde et ils vivent dans les pays pauvres. Sur les 8,8 millions d'enfants de moins de cinq ans qui décèdent chaque année, environ le 17% (1,5 million) est imputable à l'absence de vaccination.
23 avr. 2014, 15:28
Campagne nationale de vaccination contre la polio de trois jours à Peshawar, au Pakistan.

Près d'un enfant sur cinq n'est pas vacciné dans le monde, a affirmé mercredi l'OMS. La vaccination prévient deux à trois millions de décès par an, mais 1,5 million d'enfants meurent encore de maladies évitables par les vaccins.

En 2012, quelque 22,6 millions de nourrissons n'ont pas bénéficié d'une vaccination systématique, a précisé à Genève l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en vue de la Semaine mondiale de la vaccination organisée à partir de jeudi jusqu'au 30 avril. Plus de la moitié de ces enfants vivent dans les régions les plus pauvres de trois pays: l'Inde, l'Indonésie et le Nigeria.

L'approvisionnement insuffisant en vaccins, l'absence d'accès au personnel de santé, le manque de soutien financier et politique expliquent que sur les 8,8 millions d'enfants de moins de cinq ans qui décèdent chaque année, environ le 17% (1,5 million) est imputable à l'absence de vaccination.

Sauver 1,5 million de vies

"D'énormes progrès ont été réalisés. La vaccination permet de sauver de deux à trois millions de vies chaque année, mais avec des investissements additionnels, nous pourrions sauver 1,5 million de vies supplémentaires", a déclaré le Dr Jean-Marie Okwo-Bele, directeur du département Vaccination à l'OMS.

Dans le détail, l'OMS évalue à 476'000 le nombre de décès annuels de maladies à pneumocoque, 453'000 par le rotavirus, 199'000 le Hib (haemophilus influenzae de type B), 195'000 la coqueluche, 118'000 la rougeole, 59'000 le tétanos néonatal.

L'agence de l'ONU estime qu'en 2012 (dernier chiffre connu), 83% d'enfants de moins de un an ont reçu trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC3). Dans trois régions, les Amériques, l'Europe et le Pacifique occidental, la couverture vaccinale est supérieure à 90%. Quelque 165 pays sur 194 ont une couverture d'au moins 80% et 131 d'au moins 90%.

Besoins financiers

L'Alliance mondiale pour la vaccination (GAVI) finalise un plan d'action pour introduire de nouveaux vaccins et élargir la vaccination d'ici 2020. Une réunion est prévue le 20 mai à Bruxelles au cours de laquelle GAVI présentera à ses partenaires les besoins financiers pour la période quinquennale qui débute en 2016.

En 2011, les donateurs s’étaient engagés à verser 7,4 milliards de dollars en vue de soutenir les programmes de vaccination sur la période 2011-2015. L’Alliance s’est fixée comme objectif de vacciner près d’un quart de milliard d’enfants au cours de cette période, un objectif en passe d'être atteint.

Nouveaux vaccins introduits

Entre 2011 et la fin de l’année 2013, 93 nouvelles introductions de vaccins se sont déroulées avec le soutien de GAVI. Plus de 50 nouvelles introductions de vaccins sont prévues au cours de l’année 2014.

Cette semaine, l’Angola et le Congo commenceront à protéger leurs enfants contre la diarrhée sévère avec le vaccin antirotavirus. La Tanzanie lancera un programme de démonstration en vue de protéger les jeunes filles contre la principale cause du cancer du col de l’utérus avec le vaccin contre le papillomavirus humain.

La semaine prochaine, Madagascar doit également introduire le vaccin antirotavirus. Le Togo doit effectuer une double introduction du vaccin antirotavirus et antipneumococcique conjugué, a indiqué GAVI.